AB InBev anticipe une amélioration au Brésil, le titre grimpe

jeudi 4 mai 2017 13h16
 

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - Anheuser-Busch InBev a annoncé jeudi une croissance meilleure que prévu de son bénéfice au premier trimestre et dit anticiper une amélioration de ses résultats au Brésil, son deuxième marché, après deux années de repli.

Le titre du premier brasseur mondial, qui a ouvert à un plus haut de six mois, prenait 3,57% à 107,4 euros à 11h08 GMT, affichant la meilleure performance de l'Eurostoxx 50 (+0,6%) et tirant vers le haut l'indice sectoriel européen de l'alimentation et des boissons (+0,82%).

Après deux années de baisse, les volumes de bière vendus au Brésil ont augmenté, a déclaré le groupe, qui n'a pas totalement répercuté la hausse des taxes l'année dernière sur les prix de vente.

Le propriétaire des marques Budweiser, Stella Artois et Corona, entre autres, a ajouté que ses coûts avaient également progressé au Brésil en raison de la dépréciation d'environ 40% du real par rapport au dollar, mais qu'ils devraient baisser dans le cours de l'année.

"Nous restons prudemment optimistes pour le Brésil. Nous estimons que 2017 sera meilleure dans l'ensemble que 2016", a déclaré le directeur financier, Felipe Dutra.

Ce dernier a ajouté que la performance du marché américain, le plus important du groupe, était également inférieure aux attentes mais il a évoqué 2017 comme un tournant pour AB InBev dans son ensemble.

Au premier trimestre, le bénéfice brut du groupe a progressé de 5,8%, à 4,809 milliards de dollars (4,401 milliards d'euros), à périmètre comparable et hors effets de change et impact de sa fusion l'année dernière avec SABMiller. Les analystes tablaient sur une hausse de 3,3%, selon un consensus établi par la société.

AB InBev, qui vend deux fois plus de bière que son plus proche concurrent Heineken, a confirmé sa prévision d'une croissance de son chiffre d'affaires cette année.   Suite...

 
Anheuser-Busch InBev a dégagé au premier trimestre un bénéfice inférieur aux attentes en raison de la dégradation de ses performances aux Etats-Unis et surtout au Brésil, ses deux principaux marchés. /Photo d'archives/REUTERS/David W Cerny