La croissance de la zone euro plus forte que celle des USA au T1

mercredi 3 mai 2017 13h53
 

par Francesco Guarascio et Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - L'économie de la zone euro a bien débuté l'année avec une croissance supérieure à celle des Etats-Unis au premier trimestre, ce qui augure d'une performance solide pour l'ensemble de 2017, montre la première estimation publiée mercredi par Eurostat.

Dans un contexte politique délicat, cette amélioration des perspectives conjoncturelles pourrait priver d'arguments certains partis politiques eurosceptiques qui dénoncent la faiblesse des résultats économiques de la construction européenne et prônent un abandon de l'euro et le retour aux monnaies nationales afin de doper la croissance.

Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant opté pour la monnaie unique a progressé de 0,5% sur la période janvier-mars par rapport aux trois mois précédents, un chiffre conforme au consensus des estimations des économistes interrogés par Reuters.

Par rapport au premier trimestre de l'an dernier, la croissance est estimée à 1,7%, là encore comme attendu.

Ces chiffres correspondent à une croissance de 1,8% en rythme annualisé (l'extrapolation du rythme d'un trimestre à l'ensemble de l'année) alors que le PIB des Etats-Unis n'a enregistré sur la même base qu'une expansion de 0,7% sur janvier-mars, sa plus mauvaise performance depuis le début 2014. [nL8N1I06LZ]

L'institut européen de la statistique a en outre revu en hausse la croissance du quatrième trimestre 2016, à 0,5% contre 0,4% auparavant, et à 1,8% en rythme annuel contre 1,7%.

"L'économie fait preuve de résilience face à l'incertitude, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur. Sauf surprise à l'issue de l'élection présidentielle française de dimanche, la croissance de la zone euro est bien partie pour une bonne année 2017" a commenté Bert Colijn, économiste senior d'ING.

  Suite...

 
La croissance économique de la zone euro a été soutenue au premier trimestre, dépassant celle des Etats-Unis. Le produit intérieur brut (PIB) des pays ayant opté pour la monnaie unique a progressé de 0,5% sur la période janvier-mars par rapport aux trois mois précédents. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic