France: La croissance pénalisée par une consommation poussive au 1er trimestre

vendredi 28 avril 2017 14h13
 

PARIS (Reuters) - La croissance de l'économie française a marqué le pas en début d'année, le tassement de la consommation des ménages éclipsant la franche progression de l'investissement, notamment des entreprises.

Dans sa première estimation publiée vendredi, l'Insee fait état d'une hausse de 0,3% du produit intérieur brut au premier trimestre, un niveau conforme à la prévision de sa dernière note de conjoncture publiée mi-mars ainsi qu'aux anticipations de la Banque de France.

Ce chiffre s'avère en revanche inférieur aux attentes des 35 économistes interrogés par Reuters, qui tablaient en moyenne sur une croissance de 0,4% sur la période.

L'Insee a dans le même temps révisé en hausse de 0,1 point la croissance du produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre 2016, à 0,5%, sans que cela ne modifie le chiffre de la croissance en moyenne sur l'année, maintenu à 1,1%.

"La composition de cette croissance fait que ce chiffre de 0,3% est moyennement robuste, même si dans l'absolu c'est un chiffre relativement correct", résume Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas.

CORRECTIONS EN VUE

En ce début d'année, la demande intérieure finale a contribué positivement au PIB, à hauteur de 0,4 point - principalement sous l'effet d'une nouvelle accélération de l'investissement, qui a compensé le net ralentissement de la consommation des ménages.

Alors que le déficit commercial avait atteint un niveau record en janvier sous l'effet d'une forte baisse des exportations d'Airbus et était resté élevé en février, le commerce extérieur a sans surprise pesé lourdement sur la croissance.   Suite...

 
La croissance de l'économie française a marqué le pas en début d'année, retombant à 0,3% au premier trimestre, un niveau inférieur aux attentes, sous l'effet d'un ralentissement de la production et d'un tassement de la consommation des ménages, selon l'Insee. /Photo prise le 16 janvier 2017/REUTERS/Eric Gaillard