Nokia: La baisse des ventes ralentit, l'action flambe

jeudi 27 avril 2017 11h04
 

par Jussi Rosendahl et Tuomas Forsell

HELSINKI (Reuters) - Nokia a fait savoir jeudi que le rythme de décroissance de ses ventes ralentissait et il a ajouté qu'il observait des signes de reprise du marché des réseaux de télécommunications, surtout en Amérique du Nord et en Inde.

L'action flambait en Bourse d'Helsinki, gagnant 6,7% à un plus haut depuis juillet 2016 vers 8h40 GMT, réalisant la plus forte hausse de l'indice FTSEurofirst 300 et de l'indice EuroStoxx 50 et la troisième de l'indice Stoxx 600.

Nokia et ses concurrents Ericsson et Huawei sont à la peine car la demande des opérateurs télécoms de réseaux 4G est arrivée à un plateau, tandis que le passage à la 5G ne se fera pas avant des années.

Cela étant, Nokia a surpassé Ericsson durant le trimestre et les analystes estiment que le groupe finlandais est mieux placé pour remporter de futurs marchés grâce à l'acquisition récente de son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent.

Face aux métamorphoses du secteur, Nokia a racheté l'an passé Altacel-Lucent et supprime actuellement des milliers de postes afin de réaliser 1,2 milliard d'euros d'économies d'ici à 2018, un objectif qu'il a reconfirmé jeudi.

La dynamique de l'activité s'est améliorée, remarque l'équipementier des réseaux finlandais: les ventes du pôle réseaux ont certes diminué de 6% à 4,9 milliards d'euros mais la baisse était de 14% le trimestre précédent.

Pour sa part, Ericsson a publié cette semaine une perte d'exploitation trimestrielle et fait état d'une baisse des ventes de 13% de son segment réseaux.

"Nous avons ralenti le rythme de décroissance du CA et avons réalisé de saines commandes durant un trimestre qui est habituellement faible pour nous pour des motifs saisonniers (...) Nous observons une stabilisation encourageante du CA de Mobile Networks", a dit le directeur général Rajiv Suri.   Suite...

 
Nokia a annoncé jeudi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu grâce à des mesures d'économie et a confirmé sa prévision d'une baisse du chiffre d'affaires du pôle réseaux. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong