April 21, 2017 / 8:05 AM / 3 months ago

Ouverture prudente en Europe, Paris à la traîne

4 MINUTES DE LECTURE

Les Bourses européennes ont ouvert sans grand changement vendredi. Vers 07h35 GMT, le CAC 40 abandonne 0,38%, le Dax gagne 0,2% et le FTSE est inchangé. /Photo d'archives/Pawel Kopczynski

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sans grand changement vendredi mais la Bourse de Paris est orientée en baisse au lendemain de l'attaque meurtrière sur les Champs-Elysées à Paris, un nouvel élément d'incertitude à 48 heures du premier tour de l'élection présidentielle en France.

L'indice CAC 40 parisien, qui avait surperformé les autres places la veille en gagnant 1,48%, abandonne 0,38% à 5.058,79 points vers 07h35 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE est inchangé. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,03% alors que le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 prennent 0,07%.

Un individu peut-être lié, selon les autorités belges, à la fusillade survenue à Paris jeudi soir s'est rendu à la police à Anvers, rapporte vendredi l'agence de presse Belga.

La fusillade, dans laquelle un policier français a été tué et deux autres blessés, a largement pris le pas sur les dernières heures de la campagne présidentielle, plusieurs des principaux candidats annulant leurs déplacements prévus dans la journée, tandis que le président sortant, François Hollande, tenait un conseil de défense à l'Elysée.

Les investisseurs continuent de privilégier l'hypothèse d'un face-à-face entre Marine Le Pen (Front national) et Emmanuel Macron (En Marche !) au second tour de la présidentielle le 7 mai, qui tournerait selon eux à l'avantage du second et éloignerait donc le risque d'une remise en cause du rôle de la France dans l'Union européenne et la zone euro.

Sur le marché des changes, la monnaie unique européenne reste orientée à la hausse face au dollar, autour de 1,0725, après le plus haut de 1,0778 touché jeudi, tandis que le rendement des emprunts d'Etat français à dix ans est revenu à un plus bas de près de trois mois sous 0,84%. L'écart de rendement avec les titres allemands équivalents se resserre autour de 60 points de base.

Sur le front macroéconomique, la matinée est animée par les premiers résultats des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d'achats de la zone euro. Pour la France comme pour l'Allemagne, ces PMI "flash" confirment le dynamisme de l'activité du secteur privé.

Sur le marché actions, les valeurs liées aux matières premières se distinguent sur fond de hausse des cours des métaux. L'indice Stoxx du secteur prenant 1,73%. ArcelorMittal gagne 2,57%, de loin la plus forte hausse du CAC, Rio Tinto 2,72% et BHP Billiton 1,83%.

Les banques françaises se distinguent elles aussi, Société générale s'adjugeant 1,48% et BNP Paribas 0,38%.

Parmi les grands groupes ayant publiés leurs résultats depuis la clôture de jeudi, Danone cède 2,56%, la plus forte baisse de l'Eurostoxx 50, malgré le relèvement de sa prévision de bénéfice net par action annuel, liée au rachat de l'américain WhiteWave.

Aux fusions-acquisitions, le groupe britannique d'ingénierie WS Atkins prend plus de 4,5% après l'annonce de son rachat par le canadien SNC-Lavalin.

La Bourse de Tokyo a fini la journée en hausse de 1,01%, portée par un regain d'optimisme des investisseurs sur les réformes fiscales aux Etats-Unis. L'indice Nikkei affiche ainsi un gain de 1,55% sur la semaine, sa première performance hebdomadaire positive en six semaines.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré jeudi en marge de la réunion de printemps de la Banque mondiale que l'administration Trump dévoilerait "très bientôt" un projet de réforme fiscale qui permettra selon lui "de créer beaucoup de croissance économique".

L'indice MSCI des marchés asiatiques hors Japon avance quant à lui de 0,44%. Shanghai a fini stable mais abandonne 2,25% sur la semaine, sa plus mauvaise performance depuis la mi-décembre.

Wall Street a fini en nette hausse, portée par de bons résultats de sociétés le Dow Jones gagnant 0,85% et le Nasdaq inscrivant un nouveau record de clôture.

Le pétrole est pratiquement stable, le Brent revenant juste en dessous du seuil des 53 dollars le baril et le brut léger se traitant autour de 50,65 dollars.

Marc Angrand, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below