Le projet Hinkley Point d'EDF menacé par une grève

jeudi 20 avril 2017 17h05
 

LONDRES (Reuters) - Les ouvriers travaillant sur le projet de centrale nucléaire d'EDF Energy à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, pourraient se mettre en grève au sujet de leurs primes, ont annoncé jeudi deux syndicats.

Les syndicats GMB et Unite vont consulter les quelque 700 travailleurs employés par le consortium Bouygues-Laing O'Rourke (BYLOR) qui a été mandaté par EDF pour la construction d'une partie des structures permanentes des deux réacteurs nucléaires EPR.

Un vote est prévu du 2 au 5 mai, ont indiqué les syndicats.

"La prime proposée par BYLOR est insuffisante pour attirer des travailleurs de la qualité requise pour achever dans les temps la phase des travaux de génie civil du projet de 18 milliards de livres", ont déclaré les syndicats dans un communiqué commun.

La filiale britannique d'EDF a dit pour sa part que des discussions étaient en cours avec le consortium et les syndicats.

"Nous sommes déterminés à poursuivre un dialogue continu à ce sujet", a déclaré un porte-parole d'EDF, s'exprimant également au nom de Bouygues et de Laing O'Rourke.

La construction des structures permanentes a débuté le mois dernier mais le projet pourrait prendre du retard en cas de grève, après avoir déjà souffert de délais liés au financement et à la réglementation.

(Karolin Schaps; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 
Les ouvriers travaillant sur le projet de centrale nucléaire d'EDF Energy à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre (photo), pourraient se mettre en grève au sujet de leurs primes, ont annoncé jeudi deux syndicats. /Photo d'archives/REUTERS/Stefan Wermuth