Carmignac se couvre contre le risque politique français

jeudi 20 avril 2017 14h16
 

PARIS (Reuters) - La société de gestion Carmignac a abandonné ses positions vendeuses sur les taux souverains américains et allemands et ne détient plus de dette française dans la perspective du premier tour, dimanche, de l'élection présidentielle en France.

Les gérants de Carmignac Patrimoine, le principal fonds géré par la société avec plus de 20 milliards d'euros d'encours sous gestion, ont également pris des options acheteuses sur le yen et le dollar, et des options vendeuses sur l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 afin de se couvrir contre le risque lié au scrutin français, ont-ils indiqué jeudi lors d'une conférence de presse.

Les gérants s'attendaient en début d'année à une hausse des rendements des emprunts d'Etat aux Etats-Unis et en Europe avec l'amélioration de la croissance économique mondiale et la normalisation de la politique monétaire aux Etats-Unis.

Ils avaient ainsi fait passer la sensibilité de leur fonds diversifié aux taux d'intérêt aux Etats-Unis et dans les pays "coeur" en Europe en territoire négatif, afin de profiter de la remontée des taux.

Mais le risque politique aux Etats-Unis, avec le retard pris dans la mise en oeuvre des réformes promises par Donald Trump, et surtout en France, avec la campagne présidentielle, pèse sur les rendements obligataires.

Le rendement des emprunts du Trésor américain à 10 ans évolue jeudi autour de 2,2%, loin du pic atteint mi-mars à 2,6%. Il était de 1,8% avant l'élection de Donald Trump à la Maison blanche, le 8 novembre.

Celui du Bund allemand à 10 ans s'inscrit à 0,2% après être monté jusqu'à 0,48% le mois dernier.

"PROTÉGER NOS ENCOURS"   Suite...

 
La société de gestion Carmignac a abandonné ses positions vendeuses sur les taux souverains américains et allemands et ne détient plus de dette française dans la perspective du premier tour, dimanche, de l'élection présidentielle en France. /Photo prise le 4 avril 2017/REUTERS/Lionel Bonaventure