Nestlé confirme ses objectifs malgré des ventes ralenties au premier trimestre

jeudi 20 avril 2017 10h41
 

par Silke Koltrowitz

ZURICH (Reuters) - Nestlé a confirmé jeudi son objectif d'une croissance organique de 2% à 4% cette année après un ralentissement de la progression de ses ventes au premier trimestre, lié à une faible demande pour la nourriture conditionnée en Amérique du Nord et aux pressions sur les prix en Europe.

Le groupe agroalimentaire suisse a enregistré au premier trimestre une croissance organique de 2,3% contre 3,9% un an plus tôt. Ce résultat, conforme aux attentes des analystes interrogés par Reuters, est aussi dû à des effets de calendrier, le premier trimestre de 2016, année bissextile, ayant comporté un jour de plus et une Pâques plus précoce, a souligné Nestlé.

"La comparaison avec une année bissextile et d'autres effets saisonniers ont rendu le début de cette année particulièrement difficile", a déclaré l'administrateur délégué, Mark Schneider, cité dans un communiqué. "Nous confirmons nos prévisions 2017 et avons fait de bons progrès dans nos projets de croissance et d'efficacité visant à positionner notre entreprise pour une création de valeur améliorée."

Le titre prenait 0,66% à 75,7 francs en Bourse de Zurich à 08h30 GMT, de loin le principal contributeur à la hausse de l'indice sectoriel européen de l'alimentation et de la boisson, lui-même en progression de 0,32% au même moment.

Le secteur agroalimentaire est confronté aux changements de comportements des consommateurs, de plus en plus attentifs à leur santé, ce qui les amène à privilégier les produits frais au détriment des produits conditionnés et à réclamer une nourriture moins salée, sucrée et grasse.

La croissance des volumes de ventes de Nestlé a ralenti à 1,3% sur les trois premiers mois de 2017, contre 3,0% en 2016, en raison du manque de dynamisme de la Chine et de l'Amérique du Nord, tandis que les prix ont progressé de 1,0% après 0,9% il y a un an.

ESPOIR D'AMÉLIORATION SUR LES PRIX   Suite...

 
Nestlé a confirmé jeudi son objectif d'une croissance organique de 2% à 4% cette année après un ralentissement de la progression de ses ventes au premier trimestre, lié à une faible demande pour la nourriture conditionnée en Amérique du Nord et aux pressions sur les prix en Europe. /Photo prise le 6 avril 2017/REUTERS/Denis Balibouse