13 avril 2017 / 16:14 / il y a 5 mois

Les industriels réclament un retour à 2% du PIB dans la défense

Des avions de combats du type Rafale. Les industriels français jugent impératif de revenir à 2% du produit intérieur brut consacré à la défense d'ici 2022 pour préserver les emplois dans le secteur et sécuriser l'avenir d'une industrie fonctionnant sur le long terme. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Les industriels français jugent impératif de revenir à 2% du produit intérieur brut consacré à la défense d‘ici 2022 pour préserver les emplois dans le secteur et sécuriser l‘avenir d‘une industrie fonctionnant sur le long terme.

L‘effort national de défense a chuté de 26% hors pensions en euros constants depuis 1990 en France, soit une division par deux de la proportion du PIB consacrée au secteur, à 1,43% contre 2,86%, selon un rapport présenté jeudi par le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas).

“C‘est impératif, c‘est essentiel, que l‘effort de défense soit porté d‘ici 2022 à 2% du PIB”, a déclaré lors d‘une conférence de presse Marwan Lahoud, ex-numéro deux d‘Airbus et président du Gifas jusqu‘en juillet.

“C‘est un slogan mais derrière il y a des programmes, des efforts de recherche et développement, et je crois que c‘est un enjeu de campagne qui a été accepté et évoqué par tous les candidats à l‘élection”, a-t-il ajouté.

Ce seuil recommandé par l‘Otan permettra non seulement d‘éviter les trous capacitaires redoutés par les armées françaises très mobilisées lors d‘interventions extérieures et sur le territoire national sous le quinquennat de François Hollande, mais aussi de préserver la maîtrise technologique de l‘industrie militaire française, a souligné Marwan Lahoud.

“Pourquoi est-ce qu‘il n‘y a qu‘en Europe où il faut batailler pour augmenter le budget de la défense ?”, s‘est interrogé de son côté Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, devant des journalistes, faisant référence aux imposants budgets militaires des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine.

Que ce soit sur l‘évolution de la dissuasion nucléaire ou les nouvelles générations de drones, la filière militaire a besoin de conserver le modèle français “cohérent” en matière de défense, a poursuivi le patron du constructeur de l‘avion de combat Rafale.

“Mais il faut que ce soit un modèle pérenne, cela ne peut pas changer chaque fois qu‘il y a une élection (...) Pour nous, l‘industrie, ce n‘est pas cinq ans notre rythme.”

L‘industrie militaire assure 165.000 emplois directs et indirects en France, où elle réalise 90% des achats nécessaires à sa production, estime le Gifas.

Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below