L'ASN vérifiera le plan d'Areva avant toute reprise au Creusot

jeudi 13 avril 2017 12h33
 

PARIS (Reuters) - Areva NP ne pourra pas reprendre les opérations de forgeage de composants d'équipements nucléaires dans son usine du Creusot avant que son plan d'action visant à garantir la qualité des pièces n'ait été validé, a déclaré jeudi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

"L'ASN vérifiera préalablement à la reprise des fabrications le caractère complet du plan d'action et l'efficacité des actions qui ont déjà été menées", écrit le gendarme du nucléaire dans un communiqué où il précise qu'il "maintiendra par la suite un contrôle renforcé de l'usine Areva NP de Creusot Forge".

L'ASN précise avoir défini, dans un courrier envoyés à Areva NP et à EDF le 12 avril, les conditions préalable à la reprise des opérations demandée par Areva.

Le spécialiste du nucléaire a dû interrompre en 2016 la production commerciale du Creusot - qui a fourni des pièces pour les centrales d'EDF et pour des dizaines d'autres à travers le monde - après y avoir découvert de possibles falsifications de documents pendant plus de 40 ans.

Le sujet est très sensible car l'usine du Creusot doit fournir des pièces pour les EPR, notamment pour deux exemplaires de ce réacteur de nouvelle génération qu'EDF prévoit de construire et d'exploiter à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

Or le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR en cours de construction à Flamanville (Manche) ont été produits par l'usine du Creusot et, fin 2014, Areva a découvert que ces pièces contenaient des teneurs en carbone trop importantes et pouvaient s'en trouver plus fragiles que prévu.

(Julien Ponthus, édité par Gilles Guillaume)

 
Areva NP ne pourra pas reprendre les opérations de forgeage de composants d'équipements nucléaires dans son usine du Creusot avant que son plan d'action visant à garantir la qualité des pièces n'ait été validé, a déclaré jeudi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen