Opep: Taux de conformité de 104% en mars

mardi 11 avril 2017 19h16
 

DUBAÏ/LONDRES (Reuters) - L'Opep a réduit sa production au-delà de ses engagements en mars, dépassant ainsi le taux de conformité de ses engagements montrent mardi des données tierces que le cartel utilise pour contrôler ses extractions.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'est engagée à réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (bpj) depuis le 1er janvier 2017, la première coupe intervenue depuis huit ans, afin de faire remonter les cours et de dégager un marché engorgé. Parallèlement, la Russie et 10 autres États non membres du cartel ont accepté de baisser la leur de 558.000 bpj.

L'Arabie saoudite a fait savoir qu'elle avait l'intention de proposer une prolongation de six mois de l'accord de réduction lors de la réunion de mai, rapporte mardi le Wall Street Journal citant des sources.

L'offre des 11 pays membres de l'Opep qui se sont vu fixer un objectif de production a été en moyenne de 29,757 millions de bpj le mois dernier, selon les sources secondaires utilisées par l'Opep. Ces chiffres ont été consultés par Reuters.

L'Opep s'étant engagée à réduire la production à 29,804 millions de bpj cela signifie qu'elle a été abaissée au-delà des engagements convenus, atteignant un taux de conformité de 104%, selon les calculs de l'organisation.

"Le taux de conformité de l'Opep a été plus important que prévu", a déclaré un délégué de l'organisation. "Pour les non-Opep, il est satisfaisant et s'améliore".

Le taux de conformité Opep et hors-Opep confondu a dû augmenter en mars, par rapport aux 94% de février, a dit lundi le ministre koweïtien du Pétrole, Essam al-Marzouq.

L'Opep devrait publier mercredi son rapport mensuel sur la production de mars.

(Rania El Gamal et Alex Lawler; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 
L'Opep a réduit sa production au-delà de ses engagements en mars, dépassant ainsi le taux de conformité de ses engagements montrent mardi des données tierces que le cartel utilise pour contrôler ses extractions. /Photo prise le 12 janvier 2017/REUTERS/Esam Omran Al-Fetori