Elliott veut une refonte en profondeur de BHP, qui s'y refuse

lundi 10 avril 2017 18h34
 

par James Regan et Barbara Lewis

SYDNEY/LONDRES (Reuters) - Le groupe minier BHP Billiton s'est prononcé lundi contre la proposition du fonds activiste Elliott Advisors de revoir en profondeur sa structure pour faire monter son cours de Bourse, estimant les risques supérieurs aux bénéfices.

Dans une lettre adressée à la direction du géant des matières premières, Elliott demande la suppression de la structure à deux têtes du groupe, la séparation de sa branche pétrolière américaine et un réexamen de sa politique de distribution aux actionnaires.

L'action BHP cotée à Londres a réduit son avance après cette fin de non recevoir et elle a clôturé sur un gain de 2,21% à 13,46 livres après être montée jusqu'à 13,61 livres dans la matinée.

"Après avoir étudié les éléments de la proposition d'Elliott, nous avons conclu que les coûts et risques associés de la proposition d'Elliott seraient significativement plus importants que tout bénéfice potentiel", écrit BHP dans un communiqué.

Elliott, dans son projet, propose de conserver la double cotation à Londres et Sydney mais demande l'abandon de la structure à deux têtes du groupe en faveur d'un siège unique en Australie, où serait aussi sa domiciliation fiscale.

Les activités pétrolières américaines du groupe feraient quant à elles l'objet d'une cotation séparée sur le New York Stock Exchange, ce qui permettrait à BHP de récompenser au passage ses actionnaires.

Elliott, qui dit gérer plus de 32,7 milliards de dollars (30,8 milliards d'euros) d'actifs, assure que la mise en oeuvre de son plan pourrait se traduire par une augmentation allant jusqu'à 48,6% de la valeur des actions BHP Billiton cotées à Sydney, et par une appréciation maximale de 51% pour les titres cotés à Londres.

BHP conteste ces estimations.   Suite...

 
Le groupe minier BHP Billiton s'est prononcé lundi contre la proposition du fonds activiste Elliott Advisors de revoir en profondeur sa structure pour faire monter son cours de Bourse, estimant les risques supérieurs aux bénéfices. /Photo d'archives/REUTERS/David Gray