Le bénéfice de Monsanto a dépassé le consensus au 2e trimestre

mercredi 5 avril 2017 15h11
 

(Reuters) - Monsanto, en cours de rachat par le chimiste et laboratoire allemand Bayer, a annoncé mercredi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, porté par la forte demande de semences de soja et de maïs.

Les ventes de semences et de traits de maïs ont augmenté de 8%, tandis que leurs équivalents pour le soja ont progressé de 10,2% au deuxième trimestre clos le 28 février, les agriculteurs américains se préparant à des plantations d'une ampleur sans précédent.

Bayer a annoncé en septembre 2016 qu'il avait convaincu Monsanto d'accepter une offre d'achat de 66 milliards de dollars (62 milliards d'euros) après plusieurs tentatives infructueuses.

Le groupe allemand a dit en février qu'il était bien parti pour boucler toutes les démarches réglementaires nécessaires à la fusion d'ici la fin de l'année. Reuters a rapporté le mois dernier que les deux groupes procédaient pour ce faire à des cessions d'actifs de l'ordre de 2,5 milliards de dollars.

Monsanto, connu surtout pour son herbicide Roundup et ses semences de maïs et de soja génétiquement modifiées, a dit qu'il anticipait un bénéfice par action annuel dans le haut de sa fourchette prévisionnelle variant de 4,50 à 4,90 dollars par action.

Le bénéfice net part du groupe a augmenté à 1,37 milliard de dollars, soit 3,09 dollars par action, au deuxième trimestre contre 1,06 milliard (2,41 dollars) un an auparavant.

Hors exceptionnels, le bénéfice par action est de 3,19 dollars, dépassant le consensus Thomson Reuters I/B/E/S le donnant à 2,79 dollars.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 12% à 5,07 milliards de dollars, dépassant là encore le consensus qui était de 4,73 milliards.

L'action gagnait 2,4% à 116,95 dollars en avant-Bourse.   Suite...

 
Monsanto, en cours de rachat par le chimiste et laboratoire allemand Bayer, a annoncé mercredi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, porté par la forte demande de semences de soja et de maïs. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid