Apple remporte une victoire en Australie avec Apple Pay

vendredi 31 mars 2017 09h15
 

SYDNEY (Reuters) - L'autorité australienne de la concurrence a donné raison vendredi à Apple en décidant que les banques du pays ne pouvaient contraindre le groupe californien à ouvrir ses appareils à d'autres systèmes de paiement sans contact.

Cette décision, la première du genre, empêche ainsi les banques de créer leurs propres applications pour iPhone ou Apple Watch qui pourraient servir de moyen de paiement en lieu et place du service Apple Pay du géant américain de la technologie.

En proposant leurs propres services de paiement, les banques espéraient éviter de devoir s'acquitter du versement de commissions pour chaque transaction effectuée avec Apple Pay, tout en élargissant le marché du paiement sans contact évalué en Australie à environ 84 milliards de dollars (78,62 milliards d'euros) par an.

"Cela aura des répercussions mondiales", a déclaré à Reuters le président de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC) Rod Sims, à l'issue de cette décision.

Une décision en faveur des quatre principales banques australiennes, qui détiennent les deux tiers du marché des cartes de crédit du pays, leur aurait donné davantage de pouvoir de négociation face à Apple et aurait pu constituer une jurisprudence ailleurs dans le monde.

Apple n'autorise aucun de ses 3.500 partenaires bancaires sur la quinzaine de marché dans le monde où son service est disponible à accéder à la technologie de communication sans fil à courte portée (NFC) sur laquelle Apple Pay s'appuie.

Pour le régulateur australien, accéder à la demande des banques aurait pu conduire à accroître leur pouvoir de négociation et réduire la concurrence, amenant Apple à se retrouver dans la situation d'Alphabet, maison mère de Google, dont le système d'exploitation Android propose diverses applications de paiement sans contact.

"(Apple et Android) sont des offres très différentes et ont des implications différentes en terme de facilité d'utilisation, de sécurité et d'expérience utilisateur", a fait valoir Rod Sims.

"C'est une situation délicate pour un régulateur de la concurrence de forcer un concurrent à adopter la stratégie d'un autre", a-t-il ajouté.   Suite...

 
L'autorité australienne de la concurrence a donné raison vendredi à Apple en décidant que les banques du pays ne pouvaient contraindre le groupe californien à ouvrir ses appareils à d'autres systèmes de paiement sans contact. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Blake