Homologation du réacteur AP1000 de Westhinghouse en Grande-Bretagne

jeudi 30 mars 2017 16h09
 

LONDRES (Reuters) - Westinghouse, la filiale nucléaire américaine du japonais Toshiba qui a déposé son bilan mercredi, a vu son réacteur AP1000 homologué en Grande-Bretagne.

L'autorisation donnée jeudi par l'Office for Nuclear Regulation (ONR) était indispensable pour adapter le concept au projet Moorside de la société NuGeneration (NuGen), dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui consistera en trois réacteurs AP1000.

Westinghouse a demandé mercredi son placement sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, permettant ainsi à Toshiba de circonscrire ses pertes.

Ce dépôt de bilan soulève quelques questions quant à la capacité du groupe américain à mener à bien des projets lourds financièrement, encore que la procédure du Chapitre 11 ne concerne pas ses opérations en Asie, en Europe, en Afrique et au Proche-Orient, selon son propre communiqué.

NuGen est une coentreprise constituée entre Toshiba et Engie et son avenir suscite aussi des doutes depuis que Toshiba a dit le mois dernier qu'il comptait se retirer du chantier en raison des lourdes dépréciations passées sur Westinghouse.

Un porte-parole de NuGen a dit qu'il ne pouvait rien dire que les questions financières propres à Toshiba ou a Westhinghouse et que la société poursuivrait son activité comme à l'habitude afin d'obtenir les permis et les autorisations nécessaires à la réalisation du projet.

(Susanna Twidale et Nina Chestney, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

 
Des visiteurs contemplent la maquette d'une centrale nucléaire Westinghouse lors du Salon Mondial du Nucléaire. La filiale nucléaire américaine du japonais Toshiba qui a déposé son bilan mercredi, a vu son réacteur AP1000 homologué en Grande-Bretagne jeudi. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier