Le DG d'Ericsson dévoile sa stratégie, impact de 1,6 milliards d'euro

mardi 28 mars 2017 13h10
 

par Helena Soderpalm et Olof Swahnberg

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a annoncé mardi qu'il passerait jusqu'à 1,7 milliard de dollars (1,56 milliard d'euros) en provisions, charges de dépréciation et de restructuration dans ses comptes de 2017, essentiellement dans ceux du premier trimestre, dévoilant au passage une nouvelle structure de ses activités.

Le nouveau directeur général de l'équipementier télécoms suédois Borje Ekholm, qui a pris les rênes de la société en janvier, a annoncé envisager une série de mesures à la fois pour redresser la branche médias déficitaire du groupe et pour restructurer ses activités de conception, de construction et de gestion de réseaux pour les opérateurs.

Cette première initiative d'envergure de Borje Ekholm était attendue par les marchés dans un contexte de ralentissement de la croissance du secteur et de concurrence féroce du chinois Huawei et du finlandais Nokia.

"Restaurer la rentabilité est essentiel et nous allons commencer par nous focaliser sur moins de domaines afin d'être plus efficaces (...) dans nos activités", souligne Ericsson dans un communiqué.

Le groupe a dit qu'il passerait dans ses comptes du premier trimestre des provisions pour un montant estimé entre sept et neuf milliards de couronnes (734-943 millions d'euros), qui sont liées à l'impact négatif de gros projets de certains clients.

Borje Ekholm a refusé de dévoiler l'identité de ces clients à l'occasion d'une conférence téléphonique, mais a dit qu'ils étaient peu nombreux et isolés et que cela n'avait rien à voir avec le changement de stratégie du groupe.

"Qu'est-ce qui s'est passé au premier trimestre pour que le groupe inscrive une provision de sept à neuf milliards ? C'est beaucoup d'argent. Cela me semble très étrange", a déclaré Inge Heydorn, gérant de fonds chez Sentat Asset Management.

  Suite...

 
Ericsson a annoncé mardi qu'il passerait des provisions, des charges de dépréciation et des charges de restructuration dans ses comptes de 2017, essentiellement dans ceux du premier trimestre, dévoilant au passage une nouvelle structure de ses activités. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong