Le constructeur russe Avtovaz envisage un retrait de la cote

lundi 27 mars 2017 16h53
 

par Gleb Stolyarov et Laurence Frost

MOSCOU/PARIS (Reuters) - Avtovaz, le premier constructeur automobile russe contrôlé par l'alliance Renault-Nissan, envisage un retrait de la Bourse de Moscou une fois menée à bien une émissions d'actions nouvelles prévue en cours d'année, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

Un tel retrait permettrait au propriétaire de la marque Lada, déficitaire et affaibli par la chute du marché automobile russe, d'économiser les coûts liés au maintien de sa cotation et à l'obligation de publication de résultats financiers.

Le groupe, qui a souffert ces dernières années de la chute du marché automobile russe, divisé par deux depuis 2012, a perdu 44,8 milliards de roubles (720 millions d'euros) en 2016 après une perte record de 73,9 milliards de roubles un an plus tôt.

Les deux sources, qui ont requis l'anonymat, ont précisé que l'entrée, à hauteur de 24,1%, de la banque d'investissement russe Renaissance Capital, au tour de table d'Avtovaz à la toute fin de 2016 s'inscrivait dans la perspective d'un projet de retrait de la cote.

Ces sources, l'une proche de la direction d'Avtovaz et l'autre informée par des actionnaires de premier plan, se sont refusées à toute autre précision sur le rôle joué par Renaissance dans le dossier ou sur les motivations du projet de retrait de la cote.

La personne informée par les actionnaires a dit que ce retrait était envisagé depuis au moins fin 2016.

Avtovaz, Renaissance Capital et Rostec ont refusé de commenter ces informations.

  Suite...

 
Avtovaz, le premier constructeur automobile russe contrôlé par l'alliance Renault-Nissan, envisage un retrait de la Bourse de Moscou une fois menée à bien une émissions d'actions nouvelles prévue en cours d'année. /Photo d'archives/REUTERS/Gleb Stolyarov