LVMH et De Beers mettent fin à leur coentreprise de distribution

jeudi 23 mars 2017 12h54
 

PARIS (Reuters) - Le groupe De Beers a annoncé mercredi avoir racheté à LVMH ses parts dans la coentreprise de distribution de joaillerie qu'il détenait depuis 2001 avec le groupe français.

Le géant sud-africain du diamant, filiale du groupe minier britannique Anglo American, avait créé à parité avec LVMH une structure baptisée De Beers Diamond Jewellers et dédiée à la distribution.

L'entreprise compte aujourd'hui 32 magasins situés dans 17 pays avec notamment des boutiques à Londres, Paris et New York.

"En intégrant totalement De Beers Diamond Jewellers au sein du groupe, nous pourrons avoir une offre de diamants plus différenciée, aux côté de notre marque Forevermark", a indiqué De Beers dans un communiqué.

A la création de De Beers Diamond Jewellers, les deux groupes avaient dit vouloir y investir 200 millions de dollars chacun sur cinq ans.

Mais entre temps, LVMH a considérablement étoffé son pôle de joaillerie avec le rachat de l'italien Bulgari, en 2011, une acquisition stratégique qui a hissé le groupe parmi les grands acteurs mondiaux du secteur.

Selon des analystes, les ventes de la coentreprise sont restées "très limitées" et la sortie de LVMH sans impact matériel sur les comptes du groupe.

"LVMH a finalement décidé de se débrancher d'une JV qui avait été créée alors que le groupe n'avait pas de forte présence dans la joaillerie", souligne Luca Solca, analyste d'Exane BNP Paribas.

La situation est "très différente aujourd'hui et il semble donc plus approprié de tourner la page et de remiser cette expérience du côté des dossiers qui n'ont pas marché", ajoute-t-il.   Suite...

 
Le groupe De Beers a annoncé mercredi avoir racheté à LVMH ses parts dans la coentreprise de distribution de joaillerie qu'il détenait depuis 2001 avec le groupe français. /Photo d'archives/REUTERS/Bobby Yip