March 21, 2017 / 1:56 PM / 4 months ago

Wall Street ouvre en hausse avec le pétrole et l'Europe

3 MINUTES DE LECTURE

La Bourse de New York a débuté dans le vert mardi, tirée par la remontée des cours du pétrole et la progression des marchés européens, avant les interventions publiques toujours très suivies de plusieurs responsables de la Réserve fédérale. Une dizaine de minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 55,35 points, soit 0,26%, à 20.961,21. /Photo d'archives/Brendan McDermid

(Reuters) - La Bourse de New York a débuté dans le vert mardi, tirée par la remontée des cours du pétrole et la progression des marchés européens, avant les interventions publiques toujours très suivies de plusieurs responsables de la Réserve fédérale.

Une dizaine de minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 55,35 points, soit 0,26%, à 20.961,21. Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,31% à 2.380,82 et le Nasdaq Composite prend 0,39% à 5.924,35 après un nouveau plus haut historique à 5.928,06.

Les cours du pétrole profitent des anticipations de prolongation de l'accord de réduction de la production conclu en novembre entre l'Opep et plusieurs grands pays producteurs extérieurs au cartel.

Le baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend ainsi 0,46% à 48,44 dollars le baril et le Brent 0,43% à 51,84 dollars.

Par ailleurs, les Bourses européennes restaient orientées à la hausse au moment de l'ouverture des marchés américains, soutenues entre autres par une baisse du risque politique lié à l'élection présidentielle française après le débat télévisé de lundi entre les cinq principaux candidats.

L'indice paneuropéen Stoxx 600 gagnait 0,41% et à Paris, le CAC 40 progressait de 0,84% après avoir inscrit un nouveau plus haut de 19 mois.

Sur le marché des changes, le dollar est toujours orienté à la baisse et l'indice de référence mesurant son évolution par rapport à un panier d'autres grandes devises évolue sous le seuil de 100 pour la première fois depuis début février.

Le billet vert continue de souffrir de l'évolution des anticipations en matière de taux d'intérêt aux Etats-Unis.

Les investisseurs américains suivront dans la journée les interventions publiques d'Esther George, la présidente de la Réserve fédérale de Kansas City, de Loretta Mester, son homologue de Cleveland, puis d'Eric Rosengren, le président de la Fed de Boston.

Lundi, les propos de Charles Evans, celui de la Fed de Chicago, ont fait baisser le dollar en confortant le scénario de trois hausses de taux, et pas plus, cette année.

Autre contributeur à la progression de Wall Street, Apple gagne 0,83%, la meilleure performance du Dow, à 142,61 dollars après avoir inscrit un record à 142,74 dollars après l'annonce du lancement d'un nouveau modèle d'iPad et le relèvement par Bernstein de son objectif de cours, porté à 160 dollars.

Le groupe à la pomme entraîne dans son sillage plusieurs poids lourds des hautes technologies comme Facebook (+1,2%) ou Microsoft (+0,55%).

A la baisse, le géant des céréales General Mills, qui possède entre autres la marque Cheerios, abandonne 0,66% après des résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Marc Angrand, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below