Vivendi et Mediaset portent plainte l'un contre l'autre

mardi 21 mars 2017 14h46
 

MILAN (Reuters) - Vivendi et Mediaset ont chacun porté plainte contre l'autre pour diffamation dans le cadre du litige qui les oppose devant la justice italienne autour de la filiale de télévision payante Premium du groupe italien, a-t-on appris mardi de source judiciaire en Italie.

Un procès opposant les deux groupes s'est ouvert ce mardi à Milan, Mediaset ayant saisi la justice italienne pour réclamer l'application d'un accord conclu en avril 2016 au sujet du rachat de Premium par Vivendi.

Mediaset et Vivendi devaient aussi se lier par des prises de participation croisées mais le groupe de médias français a remis en cause l'accord initial en juillet et les deux parties sont désormais engagées dans un bras de fer qui s'est déplacé sur le terrain judiciaire.

Parallèlement, Vivendi est monté à un peu moins de 30% au capital de Mediaset, devenant son deuxième actionnaire derrière la famille de l'ex-président du Conseil Silvio Berlusconi, en dépit des protestations de ce dernier, qui voit derrière cette manoeuvre une volonté de prise de contrôle hostile.

Silvio Berlusconi a réaffirmé que Mediaset n'était pas intéressé par une participation dans Telecom Italia dans le cadre d'un accord global avec Vivendi, qui détient 23,9% du capital de l'opérateur télécoms italien.

La source a dit que Vivendi n'avait pas quantifié le montant des dommages et intérêts réclamés.

Elle a rapporté que Mediaset demandait à son tour maintenant des dommages et intérêts en raison des propos tenus dans les médias par le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine.

Des représentants de Vivendi et de Mediaset ont refusé de commenter ces informations.

(Giulia Segreti et Giancarlo Navach; Claude Chendjou et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

 
Vivendi a porté plainte contre le radiodiffuseur italien Mediaset pour diffamation concernant le litige en cours autour de sa filiale de télévision payante Premium, a-t-on appris mardi de source judiciaire italienne. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes