Hyundai Motor sous pression pour se réorganiser, le titre grimpe de 8,6%

mardi 21 mars 2017 09h50
 

SEOUL (Reuters) - Hyundai Motor a bondi de 8,6% à la Bourse de Séoul mardi, sa plus forte hausse en une séance depuis août 2011, sur des spéculations autour d'une prochaine réorganisation de la structure actionnariale du groupe par sa maison mère.

Des rumeurs d'entrée au capital du fonds activiste américain Elliott Management ont également contribué à l'envolée du titre mais une source proche du dossier a assuré à Reuters qu'elles étaient sans fondement. Hyundai Motor a dit ne pas commenter les spéculations de marché.

Après le scandale de corruption qui a entraîné la chute de la présidente Park Geun-ghye et éclaboussé Samsung Group, les grands conglomérats familiaux sud-coréens sont sous pression pour réorganiser leur structure autour de holdings plus transparentes.

Samsung Group, dont le dirigeant Jay Y. Lee est en détention, est par ailleurs la cible d'une campagne d'Elliott qui demande au groupe de se restructurer et de rémunérer davantage ses actionnaires.

Dans une note publiée lundi sur Hyundai Motor, Goldman Sachs estime que le groupe automobile pâtit d'une "structure capitalistique particulièrement complexe et sous-optimale" et appelle de ses voeux une restructuration.

"Contrairement au consensus qui voudrait voir Hyundai Mobis devenir l'ultime société holding, nous pensons que la restructuration doit se faire autour de Hyundai Motor", ajoutent ses analystes.

Hyundai Mobis, filiale d'équipements automobiles du chaebol, a gagné 3,1% à la Bourse de Séoul mardi et Kia Motors, autre société affiliée, a pris 3,5%.

Bien qu'ayant fêté dimanche ses 79 ans, le président de Hyundai, Chung Mong-koo, ne montre aucun empressement à céder le pouvoir à son fils unique Chung Eui-sun.

(Hyunjoo Jin et Se Young Lee, Véronique Tison pour la version française)

 
Hyundai Motor a bondi de 8,6% à la Bourse de Séoul mardi, sa plus forte hausse en une séance depuis août 2011, sur des spéculations autour d'une prochaine réorganisation de la structure actionnariale du groupe par sa maison mère. /Photo d'archives/REUTERS/Maxim Shemetov