March 14, 2017 / 6:25 PM / 4 months ago

L'Europe finit dans le rouge, pénalisée par le pétrole

4 MINUTES DE LECTURE

Les principales Bourses européennes ont terminé mardi dans le rouge, pénalisées par les valeurs de l'énergie après l'annonce d'une hausse des stocks mondiaux de pétrole malgré la mise en oeuvre d'un accord pour encadrer la production. À Paris, l'indice CAC 40 a perdu 0,51% (25,34 points) à 4.974,26 points. À Francfort, le Dax a limité son repli à 0,01% et à Londres le FTSE a abandonné 0,13%. /Photo d'archives/John Schults

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé mardi dans le rouge, pénalisées par les valeurs de l'énergie après l'annonce d'une hausse des stocks mondiaux de pétrole malgré la mise en oeuvre d'un accord pour encadrer la production.

Longtemps attentiste à la veille des annonces de la Réserve fédérale américaine et des élections législatives néerlandaises, le climat a changé après la publication du rapport mensuel de l'Opep.

Les pays membres de l'Opep respectent de mieux en mieux les accords de réduction de la production mais la prévision de l'offre est en hausse pour les producteurs extérieurs au cartel, explique ce rapport, qui cite notamment la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis.

À Paris, l'indice CAC 40 a perdu 0,51% (25,34 points) à 4.974,26 points. À Francfort, le Dax a limité son repli à 0,01% et à Londres le FTSE a abandonné 0,13%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro a abandonné 0,47%, le FTSEurofirst 300 0,34% et le Stoxx 600 0,31%.

Les indices ont peu réagi à l'annonce de la mise en examen de François Fillon dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont aurait bénéficié sa famille, dernier développement dans la campagne agitée du candidat de la droite à la présidentielle française.

La plus forte baisse sectorielle en Europe est pour l'énergie (-1,68%) mais les banques (-1,21%) ont également pesé sur la tendance avec notamment des replis de 4,04% pour Amundi, plus forte baisse de l'Eurofirst 300, et de 2,17% pour BNP Paribas, le plus net recul du CAC.

La plus forte hausse du Stoxx 600 est pour le géant allemand de l'énergie RWE qui a gagné 6,48% après avoir dit qu'il pourrait réduire sa participation dans sa filiale d'énergies renouvelables Innogy (+4,31%), sans commenter des informations de presse prêtant au français (-1,35%) un intérêt pour Innogy.

RWE et Innogy ont toutefois réduit légèrement leur gains peu avant la clôture, des traders citant une informatino de la chaîne BFM Business selon laquelle Engie ne serait pas intéressé par Innogy.

Sur le marché des changes, la livre est tombée à son plus bas niveau depuis huit semaines, cédant jusqu'à 0,7% face au dollar comme à l'euro après le feu vert donné par la Chambre des Lords à la Première ministre britannique, Theresa May, pour déclencher la procédure prévue par l'article 50 du Traité de Lisbonne, préalable aux négociations sur le Brexit.

Le dollar s'apprécie parallèlement de 0,2% face à un panier de devises de référence et l'euro se traite autour de 1,0638 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement à 10 ans allemand a atteint son plus haut niveau depuis 14 mois, repassant brièvement la barre de 0,5%, signe que la nervosité liée aux incertitudes politiques en Europe recule.

Un sondage publié lundi crédite le parti néerlandais VVD du Premier ministre sortant Mark Rutte de 18% d'intentions de vote, soit deux points de plus que le Parti pour la liberté (PVV) du nationaliste anti-islam Geert Wilders.

Orientés à la hausse avant la publication du rapport de l'Opep, les cours du pétrole ont piqué du nez. Le Brent de mer du Nord cède 1,8% à 50,44 dollars le baril à l'heure de la clôture en Europe, le brut léger américain reculant pour sa part de 2,3% à 47,29 dollars.

Le pétrole pèse aussi sur la cote à la Bourse de New York où les indices de référence perdent de 0,3% à 0,6%.

Le comité de politique monétaire de la Fed, qui a entamé mardi une réunion de deux jours, devrait décider mercredi d'un nouveau relèvement d'un quart de point de l'objectif de taux des "fed funds".

Si ce relèvement est largement attendu, le calendrier du resserrement monétaire de la Fed en 2017 reste incertain et les opérateurs de marché guetteront toute indication à ce sujet lors de la conférence de presse de la présidente de l'institution, Janet Yellen.

Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below