March 14, 2017 / 2:09 PM / 4 months ago

La Fed pourrait accélérer la cadence des hausses de taux

4 MINUTES DE LECTURE

Le bâtiment de la FED à Washington. La Réserve fédérale pourrait passer à la vitesse supérieure en matière de resserrement monétaire en raison d'une inflation qui semble enfin s'accélérer et aller ainsi au-delà des trois hausses de taux annoncées pour cette année. /Photo d'archives/Kevin Lamarque

SAN FRANCISCO/WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale pourrait passer à la vitesse supérieure en matière de resserrement monétaire en raison d'une inflation qui semble enfin s'accélérer et aller ainsi au-delà des trois hausses de taux annoncées pour cette année.

Les marchés sont pratiquement certains que la Fed procèdera mercredi, au terme de sa réunion de politique monétaire de deux jours, à son premier relèvement de taux de l'année, une perspective qui leur paraissait encore peu vraisemblable quelques semaines plus tôt.

"Elle ne peut pas se permettre de patienter autant qu'elle le faisait avant", observe Tim Duy, professeur d'économie de l'université de l'Oregon.

L'économie semble plus près d'atteindre les objectifs de la banque centrale, à savoir le plein emploi et une inflation de 2%, que celle-ci ne le pensait encore en décembre, mois où elle publia ses dernières prévisions économiques.

A 4,7%, le taux de chômage est inférieur à ce que les responsables de l'institut d'émission considèrent comme étant la norme à long terme. A 1,7%, l'inflation avoisine déjà l'objectif qu'ils s'étaient fixé d'ici à la fin de l'année.

De fait, les signes inflationnistes se multiplient aux Etats-Unis: l'effet déflateur du dollar sur les prix intérieurs est moins flagrant, les anticipations d'inflation se tendent et la statistique de l'emploi parue vendredi a montré une hausse annuelle des salaires de 2,8% en février ainsi que 235.000 créations d'emplois, un nombre appréciable.

La mesure de l'inflation que la Fed privilégie, l'indice des prix PCE "core" (hors prix des produits alimentaires et prix de l'énergie), a enregistré en janvier sa hausse mensuelle la plus vive depuis cinq ans et affichait une progression annuelle de 1,7% comme en décembre.

Au vu de tels indicateurs, la plupart des responsables de la Fed voient enfin l'inflation s'acheminer résolument vers l'objectif de la banque centrale après en être restée éloignée plusieurs années durant.

Dans la zone euro, l'inflation annuelle a inscrit en janvier un pic de quatre ans de 2,0%, dépassant l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) qui est d'un petit peu moins de 2%.

L'inflation touche aussi le marché pétrolier où le prix du baril de Brent de mer du Nord a gagné 30% depuis janvier 2016.

Le taux d'inflation anticipé à cinq ans, un autre étalon très suivi par la Fed, ressort à 2,14% contre 1,60% un an plus tôt.

La présidente Janet Yellen a dit ce mois-ci que la banque centrale n'était pas à la traîne vis-à-vis de l'inflation, alors que le rigoriste Jeffrey Lacker, le président de la Fed de Richmond, pense que le danger de l'être est bien réel.

Même un modéré tel que John Williams, le président de la Fed de San Francisco, pense à présent que le risque de voir une inflation stagner encore longtemps est beaucoup moins aigu et qu'en conséquence la situation se prête à une remontée soutenue des taux d'intérêt.

"Il est évident que les risques d'inflation sont orientés à la hausse", résume Eric Stein, gérant de portefeuilles d'Eaton Vance à Boston.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below