7 mars 2017 / 08:26 / dans 6 mois

Peugeot vise 2 millions de ventes en 2017, dernière année avant Opel

Peugeot, principale marque de PSA, compte porter ses ventes mondiales à deux millions d'unités en 2017 grâce au succès de ses SUV, sans attendre l'apport pour le groupe automobile français des volumes d'Opel dont le rachat doit être bouclé d'ici la fin de l'année. /Photo prise le 14 février 2017/REUTERS/Vincent Kessler

GENEVE (Reuters) - Peugeot, principale marque de PSA, compte porter ses ventes mondiales à deux millions d‘unités en 2017 grâce au succès de ses SUV, sans attendre l‘apport pour le groupe automobile français des volumes d‘Opel dont le rachat doit être bouclé d‘ici la fin de l‘année.

La marque au lion a vendu 1,92 million de voitures et utilitaires légers dans le monde l‘an dernier, une hausse de 12,3%. Deux millions de véhicules représenteraient une croissance ralentie à +4/+5%, mais le directeur de Peugeot est confiant de faire mieux.

“Aujourd‘hui, mon sujet n‘est pas (Opel), moi aujourd‘hui il faut que j‘amène Peugeot à plus deux millions d‘unités en 2017”, a déclaré à Reuters Jean-Philippe Imparato lors des journées presse du salon de l‘automobile de Genève.

“Notre portefeuille de commandes se situait à fin février au plus haut depuis trois ans, c‘est une très bonne nouvelle parce que (...) ça augure de livraisons en mars et avril à un très bon niveau.”

PSA a annoncé lundi le rachat à General Motors de sa filiale européenne Opel/Vauxhall, une opération qui lui permettra de porter ses volumes en quelques années à plus de cinq millions d‘unités, contre 3,15 millions l‘an dernier avec Peugeot, Citroën et DS.

Si l‘intégration d‘Opel va renforcer mécaniquement l‘exposition de PSA à l‘Europe, Peugeot poursuit parallèlement une stratégie d‘internationalisation avec un objectif de 45% des ventes en dehors du continent en 2017, après 43% en 2016 et 38% en 2015.

Le nouveau SUV 3008, élu lundi soir voiture de l‘année, devrait l‘y aider.

Il représente actuellement 38% du portefeuille de commandes de la marque et incarne à lui seul plusieurs grandes tendances à l‘oeuvre dans l‘automobile: plus d‘une commande sur deux s‘est portée sur un modèle à boîte automatique, le poids des locations avec option d‘achat (LOA), par opposition à un financement personnel (crédit ou comptant), a doublé en deux ans tandis que celui du diesel a fortement baissé.

“Le trend est là, les particuliers sont en train de basculer vers l‘essence”, ajoute Jean-Philippe Imparato.

Environ 40% des clients ont commandé un modèle essence, soit un quadruplement en dix ans. La part du diesel, technologie à nouveau contestée depuis l‘affaire de trucage des émissions du groupe Volkswagen, est tombée en France à 47,8% sur les deux premiers mois de l‘année, au coude-à-coude avec l‘essence (46,5%).

Un an plus tôt, le diesel représentait encore 53% des ventes de voitures neuves dans l‘Hexagone et l‘essence 42%.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below