Peugeot Scooters renoue avec la croissance

lundi 6 mars 2017 18h52
 

par Gilbert Reilhac et Gilles Guillaume

STRASBOURG/GENEVE (Reuters) - Peugeot Scooters, qui fut il y a plus de cent ans le premier constructeur au monde d'un deux-roues motorisé, a renoué avec la croissance et réduit ses pertes deux ans après la vente par PSA de 51% du capital au groupe indien Mahindra.

Fruit des restructurations menées depuis une dizaine d'années, dont le transfert des produits d'entrée de gamme dans une coentreprise créée avec Qinjqi en Chine, cette embellie résulte aussi d'une stratégie de montée en gamme et d'internationalisation, explique le directeur général du fabricant de deux roues, Frédéric Fabre, dans un entretien à Reuters.

Les volumes sont en hausse de 6% en 2016, avec 65.500 scooters vendus, tandis que le chiffre d'affaires - qui n'est pas publié mais tourne autour de 100 millions d'euros, selon des sources syndicales – est en progression de 10%.

"Nous continuons à tabler sur une croissance de 5% à 10% en volume pour 2017", poursuit Frédéric Fabre. "Notre part de marché en Europe sur le segment haut de gamme, celui de 125 cc et plus, est passée de 4,8% à 5,2% entre 2015 et 2016. C'est un niveau historique pour Peugeot Scooters."

Sur les petites cylindrées de 50 cc, la part de marché en Europe est restée stable à 14,1%. Du coup, le poids de ces modèles, qui constituaient traditionnellement 80% des ventes de Peugeot Scooters, a continué de baisser et ne représentait plus que 63% l'an dernier.

"Nous devrions être à environ 55% en 2017 et à l'horizon 2018, nous aurons inversé le rapport, c'est-à-dire que nous prévoyons de vendre davantage de fortes cylindrées", ajoute Frédéric Fabre, à la tête de l'entreprise depuis 2013.

MANDEURE REPASSERAIT LA BARRE DES 10.000 UNITÉS   Suite...

 
Peugeot Scooters, qui fut il y a plus de cent ans le premier constructeur au monde d'un deux-roues motorisé, a renoué avec la croissance et réduit ses pertes deux ans après la vente par PSA de 51% du capital au groupe indien Mahindra. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen