March 3, 2017 / 5:23 PM / 5 months ago

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé

5 MINUTES DE LECTURE

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,63% (31,33 points) à 4.995,13 points, sa meilleure clôture depuis août 2015. Le Footsie britannique a perdu 0,11% et le Dax allemand 0,27%. /Photo d'archives/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé vendredi tandis que Wall Street évoluait sans tendance et que le dollar cédait du terrain en attendant l'intervention publique de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,63% (31,33 points) à 4.995,13 points, sa meilleure clôture depuis août 2015. Le Footsie britannique a perdu 0,11% et le Dax allemand 0,27%. L'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,55% mais le FTSEurofirst 300 a abandonné 0,09% et le Stoxx 600 0,13%.

Le CAC a brièvement repassé en séance le seuil des 5.000 points pour la première fois depuis novembre 2015, après la publication d'un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France 2 selon lequel Alain Juppé arriverait en tête du premier tour s'il défendait les couleurs de Les Républicains et donnant Emmanuel Macron en tête pour la première fois, devant Marine Le Pen, si François Fillon se maintient.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en léger repli, le Dow Jones abandonnant 0,15% et le Nasdaq 0,2%.

Janet Yellen doit s'exprimer à 18h00 GMT sur les perspectives économiques devant l'Executives Club de Chicago et elle pourrait donner de nouveaux indices sur les intentions de la Fed en matière de resserrement de sa politique monétaire, alors que la probabilité estimée d'une hausse de taux à l'issue de la réunion des 14 et 15 mars est passée en quelques jours de 30% à plus de 75%.

Après plusieurs autres responsables de la Fed ces derniers jours, Jeffrey Lacker, le président de la Fed de Richmond, a mis en garde vendredi contre le risque de perdre le contrôle de l'inflation, prônant des hausses de taux préventives.

Le vice-président de la banque centrale, Stanley Fischer, doit quant à lui s'exprimer à 17h30 GMT.

Sur le front des indicateurs, l'indice ISM d'activité des services aux Etats-Unis est ressorti au-dessus du consensus pour février tandis qu'en Europe, l'indice PMI des services de la zone euro a atteint un pic de près de six ans et que le britannique touchait un creux de cinq mois, faisant baisser la livre sterling.

Le dollar ne profite qu'à peine de l'ISM et continue de céder du terrain avant l'intervention de Yellen: il perd 0,25% face à un panier de devises de référence et 0,4% face à l'euro, qui remonte à 1,0550.

Autre fait notable sur le marché des devises: le peso mexicain a atteint son plus haut niveau depuis l'élection de Donald Trump après les propos du nouveau secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, en faveur d'un mécanisme de stabilisation du taux de change.

Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement à dix américain a atteint son plus haut niveau depuis le 15 février à 2,51%, entraînant dans son sillage les rendements européens. L'écart de rendement à dix ans entre les titres allemands et français est par ailleurs revenu à son plus bas niveau depuis un mois, sous 58 points de base.

Aux valeurs en Europe, les bancaires ont enregistré la meilleure performance sectorielle, leur indice Stoxx avançant de 1,18%, devant celui de l'assurance 0,44%).

A Paris, Société générale (+4,57%), Crédit agricole (+2,89%) et BNP Paribas (+2,84%) trustent le podium du CAC 40 et au sein de l'EuroStoxx 50, sept des dix meilleures performances du jour vont à des financières.

Exception, Deutsche Bank a cédé -1,29% , pénalisée par l'évocation d'un possible appel au marché qui pourrait être décidé d'ici la fin du mois.

Gemalto a bondi de 7,75%, la plus forte hausse du Stoxx 600, les investisseurs se montrant rassurés par les résultats du quatrième trimestre et la confirmation des prévisions 2017.

Parmi les replis marquants du jour, le groupe britannique de publicité WPP a chuté de -7,95% après avoir évoqué un exercice 2017 plus difficile que le précédent.

Sur l'ensemble de la semaine, le Stoxx 600 a pris 1,41% et le CAC 40 3,09%.

Le marché pétrolier profite quant à lui de la faiblesse du dollar, même si la prudence reste de mise en l'absence de nouveaux signes de diminution de l'offre excédentaire, notamment en Russie.

Marc Angrand, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below