Genève prend des airs de salon du mariage cette année

vendredi 3 mars 2017 13h53
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le salon de l'automobile de Genève, qui ouvre ses portes mardi, sera dominé par les discussions entre PSA et General Motors sur Opel, venues rappeler que les constructeurs ne voient plus de salut en dehors de la consolidation.

Avec aussi en toile de fond l'état des relations au sein de la famille Renault-Nissan, maintenant élargie à Avtovaz et Mitsubishi, et les interrogations des autres acteurs du secteur, comme Fiat Chrysler, qui ne veulent pas être cantonnés au rôle de témoin, le rendez-vous suisse sera des plus nuptial.

"Le durcissement des normes d'émission et l'arrivée de voitures de plus en plus autonomes signifient que les investissements en R&D vont devenir tous plus stratégiques", commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. "La course à la taille s'explique ainsi. Si un constructeur n'a pas la taille critique, il ne peut plus courir toutes les courses."

A un moment où les voitures embarquent un nombre croissant de technologies issues du monde de l'internet et du multimédia, les constructeurs veulent aussi gagner en poids pour tenter de faire jeu égal avec les géants des nouvelles technologies.

"Le risque, sinon, c'est que le concepteur et l'assembleur du véhicule se fasse dévaliser de la création de valeur", ajoute Flavien Neuvy.

Pour l'heure, les constructeurs conservent la main. Volvo devrait ainsi présenter sur son nouveau SUV XC60 des aides à la conduite inédites agissant sur la direction lorsque le freinage d'urgence ne suffit pas à éviter une collision. DS, la marque haut de gamme de PSA, présentera quant à elle son nouveau SUV compact DS7 Crossback arborant un écran de 12 pouces à côté d'un tableau de bord lui aussi numérique, où différentes informations et animations peuvent s'afficher à la place des compteurs traditionnels.

LA PLUS PUISSANTE DES FERRARI   Suite...

 
Le salon de l'automobile de Genève, qui ouvre ses portes mardi, sera dominé par les discussions entre PSA et General Motors sur Opel, venues rappeler que les constructeurs ne voient plus de salut en dehors de la consolidation. /Photo prise le 20 février 2017/REUTERS/Christian Hartmann