En France, la croissance du 4e trimestre confirmée à +0,4%

mardi 28 février 2017 09h11
 

PARIS (Reuters) - L'économie française a bien progressé de 0,4% au quatrième trimestre 2016, cette légère accélération portant la hausse du produit intérieur brut (PIB) à 1,1% sur l'ensemble de l'année dernière, après +1,2% en 2015, selon la deuxième estimation de l'Insee publiée mardi.

Par rapport à la première estimation publiée fin janvier, l'institut a revu en légère baisse de 0,1 point la contribution de la demande intérieure finale, à 0,5 point, parallèlement à un relèvement de même amplitude de la contribution des variations de stocks, à -0,1 point contre -0,2 point précédemment.

La contribution du commerce extérieur à la croissance a en revanche été confirmée à 0,1 point.

Le quatrième trimestre a bien été marqué par un redémarrage de la consommation des ménages (confirmée en hausse de 0,6%).

L'accélération de l'investissement global s'est en revanche avérée inférieure à la première estimation, à +0,4% (contre +0,8% initialement), après +0,2% (contre +0,3% en première estimation) au troisième trimestre.

La progression de l'investissement des entreprises a été abaissée de 0,5 point, à 0,8%, la hausse de l'investissement des ménages a été amputée de 0,2 point, à 0,7%, et le recul de l'investissement des administrations publiques a été plus significatif que prévu, à -1,5% contre -1,1% en première estimation.

Sur l'ensemble de l'année 2016, la demande intérieure finale a bien été le moteur de la croissance, avec une contribution de 1,9 point. La contribution des variations de stocks à la croissance a été neutre l'an dernier tandis que le commerce extérieur a coûté 0,8 point de croissance à l'économie française en 2016.

(Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey)

 
L'économie française a bien progressé de 0,4% au quatrième trimestre 2016, cette légère accélération portant la hausse du produit intérieur brut (PIB) à 1,1% sur l'ensemble de l'année dernière, après +1,2% en 2015. Le quatrième trimestre a bien été marqué par un redémarrage de la consommation des ménages (confirmée en hausse de 0,6%). /Photo prise le 16 janvier 2017/REUTERS/Eric Gaillard