Intesa Sanpaolo renonce au projet de rapprochement avec Generali

vendredi 24 février 2017 22h13
 

par Francesca Landini

MILAN (Reuters) - Intesa Sanpaolo, la première banque de détail d'Italie, a annoncé vendredi avoir renoncé à son projet de rapprochement avec Assicurazioni Generali, numéro un de l'assurance dans la péninsule, en expliquant qu'une fusion ne créerait pas de valeur pour ses actionnaires.

La banque s'engage dans un communiqué à poursuivre "en interne la création et la distribution de valeur à ses actionnaires".

Une fusion Intesa-Generali aurait créé un groupe financier affichant une capitalisation boursière d'environ 60 milliards d'euros. Mais si la décision d'Intesa de jeter l'éponge libère Generali de la convoitise de son compatriote, elle pourrait l'exposer à une possible offre d'achat venue de l'étranger.

Les mouvements au sein de la direction de l'assureur et les turbulences politiques à Rome ont en effet alimenté ces derniers mois les spéculations, certains médias évoquant un intérêt du français Axa, de l'allemand Allianz et du suisse Zurich Insurance Group pour Generali.

Axa a toutefois écarté cette semaine tout intérêt pour ce dernier.

Generali, dont le premier actionnaire est l'influente banque d'affaires Mediobanca, est considéré par Rome comme un actif stratégique en raison de l'épaisseur de son portefeuille d'obligations d'Etat italiennes.

Le mois dernier, Intesa Sanpaolo avait expliqué étudier la possibilité d'un rapprochement avec Generali à la suite d'informations de presse qui l'avaient sans doute contrainte à se dévoiler plus tôt que prévu.

L'administrateur délégué de la banque, Carlo Messina, avait déclaré début février que le groupe n'entend pas sacrifier sa base de fonds propres et sa politique de dividendes généreux.   Suite...

 
Intesa Sanpaolo, la première banque de détail d'Italie, a annoncé vendredi avoir renoncé à son projet de rapprochement avec Assicurazioni Generali, numéro un de l'assurance dans la péninsule, en expliquant qu'une fusion ne créerait pas de valeur pour ses actionnaires. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi