Le patron de PSA s'efforce de rassurer sur les usines Vauxhall

vendredi 24 février 2017 17h48
 

LONDRES (Reuters) - Le président du directoire de PSA, en discussion pour reprendre Opel, la filiale européenne de l'américain General Motors, a minimisé vendredi les risques de fermetures d'usines en Grande-Bretagne à l'occasion d'une visite à Londres.

Carlos Tavares a rencontré le secrétaire général du syndicat Unite, Len McCluskey, et le ministre des Entreprises, Greg Clark, alors que l'inquiétude gagne du terrain concernant les 4.500 emplois de Vauxhall, la marque de General Motors en Grande-Bretagne.

L'Allemagne représente environ la moitié des 38.000 employés d'Opel et le Royaume-Uni 4.500. Les deux pays s'inquiètent des projets de PSA en matière d'emploi.

A l'issue de l'entretien, Greg Clark a dit avoir reçu des garanties qu'un accord entre PSA et Opel n'affecterait pas les activités de la filiale de General Motors en Grande-Bretagne.

"Nous avons discuté comment l'approche de PSA pourrait être d'augmenter sa part de marché et de développer la production plutôt que de fermer des usines. J'ai reçu l'assurance que les engagements envers les usines seraient honorés", a déclaré Greg Clark.

"Il a été également admis qu'il n'y aurait pas d'aggravation de la situation des bénéficiaires du fonds de retraite de Vauxhall."

Len McCluskey s'est aussi montré assez optimiste après ses discussions avec Carlos Tavares, qu'il a qualifiées de "relativement positives".

"Il a parlé du fait qu'il n'était pas là pour fermer des usines. Ce n'est pas dans sa nature", a déclaré le dirigeant syndical à la presse.

McCluskey s'est dit satisfait des garanties fournies par Carlos Tavares, telles que le respect des engagements en termes de production si la fusion a bien lieu.   Suite...

 
Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares (photo), en discussion pour reprendre Opel, la filiale européenne de l'américain General Motors, a minimisé vendredi les risques de fermetures d'usines en Grande-Bretagne à l'occasion d'une visite à Londres. /Photo prise le 23 février 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes