Vienne ouvre une enquête pour fraude présumée contre Airbus

vendredi 24 février 2017 16h40
 

par Shadia Nasralla et Kirsti Knolle

VIENNE (Reuters) - Le gouvernement autrichien a annoncé vendredi que le parquet de Vienne avait ouvert une enquête au pénal contre Airbus et le consortium Eurofighter pour escroquerie présumée liée à une commande d'avions de chasse Eurofighter de deux milliards d'euros en 2003.

"La procédure pénale entre ainsi dans une nouvelle phase", a déclaré le ministre de la Défense Hans Peter Doskozil.

Selon les conclusions du ministère de la Défense, Airbus et le consortium Eurofighter ont illégalement appliqué une surtaxe de presque 10% sur le prix d'achat de 1,96 milliard d'euros à des contrats de compensation.

Ces contrats annexes, qui sont destinés à faire travailler des entreprises locales, sont habituels mais doivent en principe faire l'objet de déclarations séparées.

"Nous n'avons aucun commentaire sur les investigations du parquet autrichien", a dit vendredi un porte-parole d'Airbus. Le constructeur européen avait auparavant rejeté ces allégations.

Dans le système judiciaire de l'Autriche, et d'autres pays, ouvrir une enquête ne revient pas du tout à établir un acte d'accusation mais cela indique qu'il existe suffisamment d'éléments justifiant une procédure officielle.

Le parquet de Vienne s'est refusé à confirmer l'ouverture d'une enquête mais il a fait savoir qu'il y en avait une en préparation. "Des démarches d'investigation sont en cours de préparation en lien avec l'exposé des faits du ministère de la Défense", a dit une porte-parole du parquet.

La nouvelle enquête viendra s'ajouter à celles en cours en Autriche et en Allemagne sur ce marché public controversé. Le parquet de Munich prévoit de boucler une première procédure d'ici la mi-2017.   Suite...

 
Un avion de chasse Eurofighter Typhoon. Le gouvernement autrichien a annoncé vendredi que le parquet de Vienne avait ouvert une enquête au pénal contre Airbus et le consortium Eurofighter pour escroquerie présumée liée à une commande d'avions de chasse Eurofighter de deux milliards d'euros en 2003. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger