24 février 2017 / 06:41 / il y a 6 mois

Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris

Vinci, qui est à suivre à la Bourse de Paris, a déterminé le prix de ses actions et des obligations de 450 millions de dollars US à échéance février 2022. Le prix de référence de l'action est de 68,7759 euros, tandis que le prix de conversion initial correspondant est de 84,2505 euros, intégrant la prime de conversion de 22,5%. /Photo d'archives/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris, attendue sur une note quasiment stable à l'ouverture, dans un contexte alourdi par l'incertitude persistante sur la politique économique de Donald Trump et l'évolution politique en Europe.

A 8h32, le contrat à terme sur le CAC 40 cède 0,06%:

* VIVENDI table sur un rebond de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel cette année après un exercice 2016 plombé par les difficultés de sa filiale de télévision Canal+ en France, qui a perdu un demi-million d'abonnés.

* SAINT-GOBAIN est confiant de pouvoir répercuter cette année dans ses prix la hausse attendue des coûts de l'énergie et des matières premières et vise en 2017 une nouvelle progression de son résultat d'exploitation à structure et taux de change comparable.

* SAFRAN défend le bien-fondé et les termes de son projet de rachat de ZODIAC AEROSPACE : son président Ross McInnes a répondu jeudi par écrit au fonds spéculatif TCI en l'accusant de mener une "campagne publique de dénigrement" en menant la charge contre ce rapprochement.

Safran a annoncé par ailleurs vendredi viser pour 2017 un résultat opérationnel courant stable et une croissance organique modérée après des résultats 2016 conformes aux attentes, alors qu'il compte investir cette année quelque 850 millions d'euros pour soutenir la montée en cadence du moteur LEAP.

* SOLVAY s'attend à une croissance de son bénéfice brut d'environ 5% cette année ("mid-single digit") après avoir fait état vendredi d'une marge record de 21% en 2016, en hausse de deux points.

* THALES - Le constructeur naval militaire DCNS, détenu à 35% par l'équipementier Thales, a confirmé en 2016 son redressement entamé en 2015 un an après des pertes liées à des contrats non performants, tout en espérant bénéficier à partir de 2018 des retombées du contrat géant de sous-marins en Australie.

* BUREAU VERITAS a décalé d'un an son plan stratégique à cinq ans annoncé fin 2015 en raison d'une conjoncture plus difficile que prévu sur ses marchés du pétrole et du gaz ainsi que sur l'activité de certification des navires (shipping). Le groupe de certification vise désormais un retour à la croissance organique du chiffre d'affaires de 5% à 7% à l'horizon 2020 alors qu'il avait estimé lors de la présentation de son plan en octobre 2015 à Londres qu'il pensait atteindre cet objectif "moyen-long terme" autour de fin 2018.

* INGENICO a estimé jeudi que ses perspectives 2020 présentées en mars dernier s'avéraient désormais "ambitieuses" après avoir manqué en 2016 son objectif de marge, prévue seulement en légère amélioration cette année.

* GECINA s'attend en 2017 à une baisse de son résultat récurrent net (RRN) en raison de cessions et de restructurations dans son portefeuille immobilier mais table sur un retour de la croissance sur la période 2018-2021.

* ERAMET, dont les résultats et le niveau d'endettement se sont améliorés en 2016, a annoncé que son conseil d'administration avait approuvé les termes d'un accord-cadre de partenariat avec le groupe sidérurgique chinois Tsingshan.

Le groupe minier, qui ne compte pas verser de dividende au titre de 2016, a parallèlement annoncé la nomination de Christel Bories comme directrice générale déléguée, qui sera proposée pour succéder à Patrick Buffet en tant que PDG à l'issue de l'AG du 23 mai.

* BONDUELLE a annoncé le rachat du groupe californien non coté Ready Pac Foods, spécialisé notamment dans les salades en portion individuelle, au chiffre d'affaires d'environ 800 millions de dollars, afin d'accroître son expansion aux Etats-Unis qui deviendra son premier pays d'exploitation.

* GTT se montre prudent sur ses perspectives 2017, disant prévoir une marge nette d'au moins 50% après une baisse d'un point à 50,8% en 2016, année marquée par un attentisme des affréteurs et des opérateurs qui a limité le nombre de commandes de méthaniers.

* VINCI a déterminé le prix de ses actions et des obligations de 450 millions de dollars US à échéance février 2022. Le prix de référence de l'action est de 68,7759 euros, tandis que le prix de conversion initial correspondant est de 84,2505 euros, intégrant la prime de conversion de 22,5%.

* GFI INFORMATIQUE vise une amélioration de sa marge opérationnelle en 2017, qui s'est tassée de 0,5 point à 6,1% en 2016, à cause de la France, tandis que son chiffre d'affaires a progressé de 14%à 1,015 milliard d'euros, notamment grâce à un bond à l'international.

* ARKEMA a annoncé qu'il venait de doubler les capacités de production de sa gamme PEKK (PolyEtherCétoneCétone) KEPSTAN en France et confirmé son futur investissement dans une unité de PEKK de taille mondiale sur son site de Mobile (Alabama) dont la mise en service est prévue au second semestre 2018.

Bureau de Paris

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below