Non aux euro-obligations, redit la chancelière Angela Merkel

jeudi 23 février 2017 16h33
 

par Madeline Chambers et Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - Angela Merkel a rappelé jeudi son opposition à la mutualisation de la dette des Etats membres de la zone euro via l'émission d'euro-obligations et réaffirmé que le principe de la responsabilité individuelle devait prévaloir pour les 19 Etats ayant l'euro pour devise.

"A ce que je vois, il n'y a pas de changement dans notre position, à savoir qu'une mutualisation n'a pas lieu d'être sans d'abord déléguer des compétence à l'Europe. (Or), il n'y a pas que je sache de modification des traités au programme", a déclaré la chef du gouvernement allemand, interrogée une énième fois sur la mise en place d'obligations européennes.

Les conservateurs de la CDU d'Angela Merkel craignent que des obligations émises au nom de la zone euro dans son ensemble - une idée qu'a appuyée le candidat du Parti social-démocrate (SPD) à la chancellerie, Martin Schulz - ne se traduisent par une hausse des taux d'intérêt en Allemagne et n'incitent l'Italie, la Grèce et l'Espagne à ne pas respecter leurs programmes d'austérité.

Les Etats membres de l'euro sont responsables individuellement et, en cas de danger, des systèmes comme le Mécanisme de stabilité européen (MES) peuvent être utilisés, a souligné Angela Merkel, qui briguera un quatrième mandat de chancelière aux élections législatives du 24 septembre prochain.

"Aussi est-ce un non aux euro-obligations", a-t-elle dit devant la presse.

Il y a dix jours, le secrétaire général de l'Union démocrate chrétienne (CDU), Peter Tauber, a publié un dossier de citations de Martin Schulz pour, a-t-il dit, rappeler aux électeurs allemands avant le scrutin de septembre que le nouveau patron du SPD et ancien président du Parlement européen est depuis longtemps partisan des euro-obligations.

"C'est l'homme qui était pour la mutualisation de la dette", a déclaré le 13 février à Berlin Peter Tauber, qui est aussi le directeur de campagne d'Angela Merkel.

  Suite...

 
Angela Merkel a rappelé jeudi son opposition à la mutualisation de la dette des Etats membres de la zone euro via l'émission d'euro-obligations et réaffirmé que le principe de la responsabilité individuelle devait prévaloir pour les 19 Etats ayant l'euro pour devise. /Photo prise le 18 février 2017/REUTERS/Michael Dalder