L'accord de l'OMC pour faciliter le commerce entre en vigueur

mercredi 22 février 2017 18h33
 

par Tom Miles

GENÈVE (Reuters) - L'accord de l'OMC visant à faciliter les échanges mondiaux en réduisant les formalités administratives et en simplifiant les contrôles aux frontières est entré en vigueur ce mercredi, après sa ratification par les deux tiers des membres de l'organisation, et il promet une hausse de la croissance mondiale de 0,5% d'ici 2030.

Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, Roberto Azevêdo, a salué l'événement en parlant de "la plus grande réforme du commerce mondial de ce siècle".

Il a en outre minimisé les risques de problèmes commerciaux avec le nouveau président américain, Donald Trump, qui répète à l'envi son slogan "l'Amérique d'abord" et a menacé à plusieurs reprises de se retirer des traités internationaux et d'imposer de "lourdes taxes frontalières" sur les produits importés.

Le traité sur la facilitation du commerce avait été ratifié aux Etats-Unis sous l'administration de Barack Obama.

L'OMC estime qu'il permettra de réduire les coûts commerciaux de 14,3% en moyenne et bien davantage dans les pays pauvres, apportant un gain de 2,7% aux exportations mondiales d'ici 2030.

On estime que c'est plus que si les droits de douane étaient supprimés à l'échelle mondiale.

L'organisation basée à Genève a commandé plusieurs études pour estimer le montant de l'augmentation potentielle des exportations. L'une d'elles l'a évalué à 3.600 milliards de dollars, mais l'organisation a opté pour un chiffre plus prudent de 1.000 milliards de dollars, une estimation avec laquelle Roberto Azevêdo se dit très à l'aise.

  Suite...

 
Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, Roberto Azevêdo. L'accord de l'OMC visant à faciliter les échanges mondiaux en réduisant les formalités administratives et en simplifiant les contrôles aux frontières est entré en vigueur ce mercredi, et il promet une hausse de la croissance mondiale de 0,5% d'ici 2030. /Photo prise le 26 janvier 2017/REUTERS/Pierre Albouy