La BCE doit se préoccuper des tensions sur le marché repo, d'après ICMA

mercredi 22 février 2017 16h05
 

par Dhara Ranasinghe

LONDRES (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) se doit de rassurer les investisseurs en leur montrant qu'elle s'emploie à améliorer les conditions de fonctionnement d'un marché des prises en pension victime d'une flambée des cours obligataires, a dit mercredi à Reuters un responsable de l'International Capital Market Association (ICMA).

Godfried de Vidts a eu des discussions la semaine dernière avec des membres de la BCE au sujet de son programme de rachat d'actifs, lequel, affirme-t-il, a provoqué une vive pénurie d'obligations présentables en garantie d'opérations de prise en pension (repos).

Ces opérations sont une source de financement vitale pour les banques et les grandes entreprises mais leur coût a fortement augmenté, au risque de perturber gravement le fonctionnement de ce segment du marché financier.

"Un bon signe serait d'entendre la BCE dire qu'elle nous a bien entendus et qu'elle s'en occupe", a déclaré de Vidts, président de l'European Repo and Collateral Council de l'ICMA.

"Cela n'enlèvera pas les tensions mais au moins les marchés verraient qu'elle s'en préoccupe; il y a beaucoup d'incertitude et cela aurait un certain effet apaisant".

Le compte rendu de la réunion du Conseil des gouverneurs du 19 janvier, publié la semaine dernière, montrait que la banque centrale était disposée à modifier quelque peu son dispositif de prêt d'obligations à titre de collatéral pour réduire les tensions du marché des repos.

Ce n'est pas suffisant pour de Vidts qui veut une déclaration publique, seule susceptible, à son sens, d'apaiser les investisseurs.

La prochaine réunion de la BCE aura lieu le 9 mars.   Suite...

 
La Banque centrale européenne (BCE) se doit de rassurer les investisseurs en leur montrant qu'elle s'emploie à améliorer les conditions de fonctionnement d'un marché des prises en pension victime d'une flambée des cours obligataires, a dit mercredi à Reuters un responsable de l'International Capital Market Association (ICMA). /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach