BPCE se digitalise, économise et ferme 5% de ses agences

mardi 21 février 2017 12h56
 

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Le groupe mutualiste BPCE a annoncé mardi son entrée sur le marché de la banque en ligne en France ainsi qu'un programme de digitalisation de ses métiers et de réduction de ses coûts qui passera notamment par la fermeture de 5% de ses agences d'ici 2020.

"Dans les trois années qui viennent, on aura approximativement un peu plus de 400 points de vente en moins", a déclaré lors d'une conférence de presse François Pérol, président du directoire de BPCE, qui regroupe les réseaux des Banques populaires et des Caisses d'Epargne.

Les agences bancaires seront notamment regroupées en zone urbaine et verront leur format renouvelé, par exemple sur des clientèles spécifiques, comme les entrepreneurs, ou sur des produits, comme le crédit immobilier.

Le mutualiste, qui prend acte du fait que les clients visitent de moins en moins leur agence, veut accélérer les ventes à distance, dont le nombre doit passer de 11% actuellement à 40% en 2020, grâce notamment au développement et à la généralisation de la signature électronique.

Au niveau de l'emploi, BPCE entend faire jouer la pyramide des âges.

"Nous remplacerons un peu moins de deux départs sur trois", sur les 11.000 attendus durant les trois prochaines années, a précisé François Pérol, alors que la faiblesse historique des taux d'intérêt pèse sur les marges et les revenus des banques.

Pour réduire ses frais, BPCE vise aussi de nombreuses synergies de coûts via le regroupement de différentes plates-formes de métiers ou de fusions de ses banques régionales, ce qui dégagera d'importantes économies dans les fonctions dites de support ou de siège.

Au total, BPCE vise un milliard d'euros d'économies récurrentes en année pleine d'ici 2020, une somme qui comprend un programme déjà annoncé de 250 millions d'euros pour Natixis, la banque d'affaires du mutualiste.   Suite...

 
Le groupe mutualiste BPCE a annoncé mardi son entrée sur le marché de la banque en ligne en France ainsi qu'un programme de digitalisation de ses métiers et de réduction de ses coûts qui passera notamment par la fermeture de 5% de ses agences d'ici 2020. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer