Kraft Heinz met 143 milliards de dollars sur la table pour Unilever

samedi 18 février 2017 11h14
 

par Martinne Geller et Pamela Barbaglia

LONDRES (Reuters) - Le géant agro-alimentaire américain Kraft Heinz a créé la surprise vendredi en mettant 143 milliards de dollars (134 milliards d'euros) sur la table pour son concurrent anglo-néerlandais Unilever, qui a aussitôt sèchement rejeté cette proposition.

Un mariage des deux multinationales arriverait au troisième rang du classement des plus grosses fusions d'entreprises jamais conclues dans le monde et serait le plus important rachat d'une entreprise basée au Royaume-Uni.

Le titre Unilever, aussi bien coté à Londres qu'à Amsterdam a bondi de plus de 13%, touchant au passage un record, à la suite de l'annonce de l'offre de Kraft Foods, qui a lui vu son action s'envoler de plus de 10% à Wall Street.

Le secteur de l'alimentation est confronté simultanément au ralentissement des marchés émergents, qui ont longtemps été le principal moteur de leur croissance, à la baisse des prix sur les marchés développés et à l'évolution des comportements d'achat des consommateurs, de plus en plus sensible aux arguments sur l'origine et la qualité des produits.

Unilever est plus présent que certains de ses concurrents dans les pays émergents. Il est par ailleurs plus exposé qu'eux à l'impact du Brexit.

Même si Kraft Foods a dit être impatient d'arriver à un stade permettant l'ouverture de discussions avec Unilever, ce dernier a dit ne voir aucun intérêt financier ou stratégique à de telles discussions.

Cela n'empêche pas certains investisseurs d'anticiper une surenchère, tout en soulignant que Kraft Foods, qui dispose jusqu'au 17 mars pour lancer une offre finale sur Unilever selon la législation britannique, devra y mettre le prix.

"Nous pensons que Kraft Foods devra relever son offre de manière substantielle pour espérer pour faire bouger les choses", a déclaré David Palmer, analyste chez RBC Capital Markets.   Suite...

 
Le géant agro-alimentaire américain Kraft Heinz a créé la surprise vendredi en mettant 143 milliards de dollars (134 milliards d'euros) sur la table pour son concurrent anglo-néerlandais Unilever, qui a aussitôt sèchement rejeté cette proposition. /Photo prise le 17 février 2017/REUTERS/Brendan McDermid