Paris ouvert à une majorité italienne dans STX France, mais diversifiée

vendredi 17 février 2017 17h39
 

PARIS (Reuters) - L'Etat français n'est pas opposé à une participation majoritaire italienne dans STX France, à condition qu'elle ne soit pas détenue uniquement par Fincantieri, a déclaré vendredi une source proche du secrétaire d'Etat à l'Industrie.

Christophe Sirugue lui-même avait dit plus tôt que l'Etat était prêt à bloquer le projet de rachat si Fincantieri continuait d'exiger de prendre seul la majorité du capital.

"Nous ne souhaitons pas que Fincantieri soit à lui tout seul majoritaire dans la gouvernance des chantiers navals de Saint-Nazaire", a-t-il déclaré à Reuters, au lendemain d'une séance de travail avec la direction du groupe italien.

"C'est une position du gouvernement français qui a été exprimée par le président de la République au président du Conseil italien, qui a été exprimée par moi-même auprès de mes interlocuteurs, ministres, ou de monsieur Bono hier", a-t-il dit à propos du directeur général de Fincantieri, Giuseppe Bono.

La position française agace les autorités italiennes, qui soulignent que des groupes français montent actuellement dans le capital de plusieurs grands groupes italiens.

Un responsable du Trésor italien a récemment exprimé son agacement, jugeant que l'attitude du gouvernement français pour décourager Fincantieri de prendre une participation majoritaire était "inacceptable".

"PAS DU TOUT" UNE QUESTION DE NATIONALITÉ

"Contrairement à ce que je lis, nous continuons à travailler avec Fincantieri, hier soir nous avons eu une longue réunion où nous avons décortiqué tous ces éléments-là", a déclaré Christophe Sirugue à propos des exigences françaises en matière de capital mais aussi en matière industrielle et sur l'emploi.   Suite...

 
L'Etat français n'est pas opposé à une participation majoritaire italienne dans STX France, à condition qu'elle ne soit pas détenue uniquement par Fincantieri. /Photo prise le 4 janvier 2017/REUTERS/Stéphane Mahé