Les banques rassurent sur leurs profits, par sur l'emploi

jeudi 16 février 2017 16h30
 

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Si les résultats 2016 des banques françaises sont globalement jugés encourageants par les analystes et les investisseurs, ils n'ont en revanche pas rassuré les syndicats et les salariés sur l'évolution à terme de l'emploi dans le secteur.

Crédit agricole S.A. a clôturé mercredi le bal des publications annuelles des groupes bancaires cotés français avec des profits meilleurs que prévu, suscitant l'enthousiasme en Bourse des investisseurs, qui ont aussi salué la semaine dernière Société générale et Natixis.

"Globalement on va dire qu'on a eu un dernier trimestre assez solide", explique Jérôme Legras, directeur de la recherche chez Axiom AI, qui note néanmoins que les attentes étaient peut-être trop optimistes pour BNP Paribas, dont les résultats et le plan stratégique ont reçu dans un premier temps un accueil glacial en Bourse.

Pour ce financier, les valeurs bancaires françaises, comme une bonne partie du secteur en Europe, ont touché un "point d'inflexion" et sortent d'une période morose, où les attentes les concernant étaient souvent révisées à la baisse, pour un cycle plus favorable, où l'optimisme est revenu sur leurs perspectives.

"Il y a beaucoup de restructurations et d'efforts de réorganisation qui commencent à porter leurs fruits après de longues années", estime l'analyste, pour qui "il y a aussi le sentiment que, sur les taux d'intérêt, on a touché un point bas".

Les patrons des banques françaises ont tous relayé, avec plus ou moins de prudence, le sentiment que le plus dur était passé au niveau des taux d'intérêt durant leurs échanges avec la presse et les investisseurs.

Ils ont également insisté sur la nécessité de poursuivre la digitalisation des différents métiers de la banque et l'adaptation de leur réseau aux changements d'usage des clients, qui boudent de plus en plus leur agence.   Suite...

 
Vue générale de La Défense. Si les résultats 2016 des banques françaises sont globalement jugés encourageants par les analystes et les investisseurs, ils n'ont en revanche pas rassuré les syndicats et les salariés sur l'évolution à terme de l'emploi dans le secteur. /Photo prise le 5 janvier 2017/REUTERS/Christian Hartmann