GM tente de rassurer sur une éventuelle fusion PSA-Opel

jeudi 16 février 2017 19h33
 

par Pamela Barbaglia et Ilona Wissenbach

LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - General Motors s'est efforcé de minimiser les risques de fermetures d'usines en Allemagne et en Grande-Bretagne dans le cas où il conclut un accord avec le français PSA Peugeot Citroën pour lui vendre Opel/Vauxhall, sa filiale européenne déficitaire, ont dit jeudi des responsables politiques de ces deux pays.

Cependant, deux sources proches du constructeur français ont dit à Reuters que des suppressions de postes et des fermetures d'usines étaient au menu des discussions avec General Motors, des sites britanniques de Vauxhall se trouvant à cet égard en première ligne.

PSA et GM ont confirmé mardi explorer des initiatives stratégiques, y compris une éventuelle cession d'Opel/Vauxhall au constructeur automobile français.

Ce projet a suscité de vives inquiétudes en Allemagne et en Grande-Bretagne, où GM emploie des milliers de salariés. Mercredi, les deux constructeurs ont dépêché des cadres dirigeants en Allemagne pour tenter d'apaiser les inquiétudes des autorités et des syndicats locaux.

Les contours d'un éventuel accord doivent encore être définis et on ne sait pas encore à ce stade si GM entend garder une participation dans la nouvelle entité qui serait formée par PSA/Opel/Vauxhall.

Le ministre des Entreprises britannique Greg Clark a dit avoir été réassuré par General Motors sur le fait que le constructeur automobile américain n'entendait pas "rationaliser" ses activités Vauxhall en Grande-Bretagne, à l'issue d'une réunion pour discuter du projet de rapprochement entre Opel/Vauxhall et PSA.

"GM et PSA n'ont pas encore terminé leurs discussions mais j'ai été rassuré par les intentions de GM, qui m'ont été communiquées, de bâtir sur les bonnes performances de ces opérations plutôt que de les rationaliser", a-t-il précisé dans un communiqué à la suite d'une rencontre avec Dan Ammann, le président de GM.

"Nous continuerons d'être en contact étroit avec GM et PSA dans les jours et les semaines à venir."   Suite...

 
Le ministre des Entreprises britannique Greg Clark a dit jeudi avoir été réassuré par General Motors sur le fait que le constructeur automobile américain n'entendait pas "rationaliser" ses activités Vauxhall en Grande-Bretagne, à l'issue d'une réunion pour discuter du projet de rapprochement entre Opel/Vauxhall et PSA Peugeot Citroën. /Photo d'archives/REUTERS/Phil Noble