Le patron de Samsung écroué dans une affaire de trafic d'influence

vendredi 17 février 2017 09h29
 

par Hyunjoo Jin et Joyce Lee

SEOUL (Reuters) - Le patron du conglomérat sud-coréen Samsung Group, Jay Y. Lee, a été arrêté vendredi pour son implication dans une vaste affaire de trafic d'influence à l'origine de la suspension de la présidente Park Geun-hye.

Les juges du tribunal de Séoul devant lequel il a comparu ont en revanche refusé d'émettre un mandat d'arrêt à l'encontre de Park Sang-jin, président de Samsung Electronics.

Jay Y. Lee, qui est âgé de 48 ans, a été écroué au Centre de détention de Séoul où il attendait la décision de la justice à l'issue d'une audience à huis clos qui s'est achevée jeudi soir. Il a été placé dans une cellule individuelle avec télévision et bureau, a précisé un responsable pénitentiaire.

L'action Samsung Electronics a perdu 0,42% vendredi en Bourse de Séoul tandis que le titre Samsung C&T, qui est de facto la société holding du conglomérat Samsung Group, reculait de 1,98%. L'indice composite sud-coréen (KOSPI) est demeuré stable, lui, perdant 0,06%.

Les procureurs ont désormais dix jours pour inculper Lee, bien qu'une demande d'extension soit possible. Le procureur spécial chargé du dossier a précisé vendredi que l'inculpation pourrait être élargie à d'autres éléments.

Si le patron de Samsung est mis en examen, un tribunal devra rendre une décision dans les trois mois. Aucune décision n'a été prise quant à un appel ou une demande de libération sous caution, a dit une porte-parole de Samsung Group.

Jay Y. Lee est soupçonné d'avoir promis 43 milliards de wons (35 millions d'euros) à une entreprise et des fondations créées par Choi Soon-sil, amie et confidente de Park Geun-hye, en échange de l'appui de la caisse publique des retraites à un projet de fusion de deux filiales de Samsung en 2015.

Samsung est le premier producteur mondial de smartphones, de mémoires électroniques et de téléviseurs à écran plat.   Suite...

 
Jay Y. Lee (au centre), numéro un du conglomérat sud-coréen Samsung Group, a été arrêté vendredi pour son implication dans une vaste affaire de trafic d'influence à l'origine de la suspension de la présidente Park Geun-hye.  /Photo prise le 16 février 2017/REUTERS/Shin Wong-soo/News1