Le nucléaire a plombé l'exportation d'électricité française en 2016

mercredi 15 février 2017 11h44
 

PARIS (Reuters) - Le solde des échanges transfrontaliers d'électricité de la France est resté positif en 2016 à hauteur de 39,1 térawatts-heure (TWh) mais a plongé de 36,6% en raison de la baisse de la production nucléaire, selon un bilan publié mercredi par RTE, gestionnaire du réseau français de transport d'électricité.

La filiale d'EDF a souligné que ce solde était le plus bas depuis 2010, avec une chute des exports tout au long du second semestre.

Dans le détail, la baisse du solde exportateur atteint 29% environ avec la Grande-Bretagne, 27% avec la Suisse et 16% avec l'Italie. Le solde des échanges français a même été légèrement importateur de 0,13 TWh en moyenne en décembre, ce qui n'était plus arrivé depuis février 2012.

La production totale d'électricité en France s'est repliée de 2,8% à 531,3 TWh l'an dernier tandis que la consommation est restée stable, en données corrigées de l'aléa climatique, à un niveau de 473 TWh.

La production nucléaire (72,3% de la production totale en 2016) a chuté d'environ 8% en raison des arrêts pour maintenance et des contrôles de réacteurs exigés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à partir du mois de novembre.

La production des énergies renouvelables a en revanche progressé et couvert près de 20% de la consommation d'électricité grâce à des conditions météorologiques favorables, égalant le niveau record de 2014.

RTE a aussi souligné le déficit d'offre d'électricité en France en janvier 2017, avec un niveau de consommation de 93.000 mégawatts (MW) à comparer avec des capacités de production de 90.000 MW.

(Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)

 
Vue sur le site de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le solde des échanges transfrontaliers d'électricité de la France est resté positif en 2016 à hauteur de 39,1 térawatts-heure (TWh) mais a plongé de 36,6% en raison de la baisse de la production nucléaire, selon un bilan publié mercredi par RTE, gestionnaire du réseau français de transport d'électricité. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler