Danone, ralenti par Activia et la Chine, vise un milliard d'euros d'économies

mercredi 15 février 2017 12h18
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Danone a annoncé mercredi un plan d'économies portant sur un milliard d'euros d'ici à 2020, dicté par les difficultés du groupe dans les produits laitiers en Europe occidentale ainsi que dans l'eau et la nutrition infantile en Chine.

Le propriétaire d'Activia, Actimel, Blédina ou Evian estime que dans un environnement économique qui devrait demeurer volatil cette année, il se doit d'adopter un "programme d'efficacité" pour réduire ses coûts et réinvestir dans sa croissance future.

"Cela consiste à penser mieux, à acheter mieux et à réinvestir une partie de ces économies dans des initiatives de croissance pour atteindre nos objectifs 2020", a déclaré Cécile Cabanis, directrice financière, lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

En Europe, où l'environnement reste difficile et très concurrentiel, le groupe n'est pas parvenu à stabiliser ses ventes de produits laitiers. Surtout, la relance d'Activia, son yaourt vedette, tarde à porter ses fruits et le directeur général du groupe, Emmanuel Faber, a dit ne pas attendre d'amélioration avant 2018.

En Chine, la boisson énergétique Mizone pâtit du ralentissement du marché et ses difficultés pourraient là aussi "perdurer en 2017", tandis que la nutrition infantile reste à la peine.

La division ajuste sa distribution depuis les nouvelles réglementations chinoises visant à favoriser la consommation intérieure. Le lait maternisé de Danone, qui était acheté en Europe et revendu sur des plates-formes en ligne en Chine, doit maintenant être distribué de façon directe dans le pays, dans des magasins spécialisés ou sur des sites de e-commerce.

"La transition devrait se poursuivre jusqu’à ce que la nouvelle réglementation soit pleinement appliquée en 2018, créant de la volatilité", note le groupe.

  Suite...

 
Danone a annoncé mercredi un plan d'économies portant sur un milliard d'euros d'ici à 2020, dicté par les difficultés du groupe dans les produits laitiers en Europe occidentale ainsi que dans l'eau et la nutrition infantile en Chine. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler