13 février 2017 / 11:36 / il y a 6 mois

Des faux repérés par Glencore entraînent un bref gel des crédits

Certaines grandes banques internationales ont brièvement gelé les lignes de crédit mises en place pour les courtiers en métaux basés à Singapour le mois dernier après qu'une division du géant du négoce et des matières premières Glencore a mis au jour un système de fausses factures d'un entrepôt. /Photo d'archives/Arnd Wiegmann

MELBOURNE (Reuters) - Certaines grandes banques internationales ont brièvement gelé les lignes de crédit mises en place pour les courtiers en métaux basés à Singapour le mois dernier après qu'une division du géant du négoce et des matières premières Glencore a mis au jour un système de fausses factures d'un entrepôt, ont dit des sources.

Même si l'impact de ces fausses factures pour des stocks de nickel s'est révélé limité à ce stade, elles ont ravivé le spectre du scandale, de quelque trois milliards de dollars, du port chinois de Qingdao qui avait secoué le monde du négoce des matières premières il y a trois ans.

En 2014, une société du port avait été accusée d'avoir fabriqué des faux pour utiliser la même quantité de métaux comme collatéral à différents prêts bancaires, une affaire qui avait entraîné le durcissement de la réglementation et de la surveillance des transactions.

Deux personnes qui ont passé des contrats d'entreposage de métaux avec Access World, la filiale de Glencore en question, ont dit que cette dernière les avaient informées que les factures en leur possession étaient le fait d'une tierce partie, qu'elles n'avaient pas été émises en interne.

"Nous avons vérifié (avec Access World) et tous nos stocks étaient en ordre", a dit une des sources, un responsable d'une maison de négoce singapourienne.

Cette dernière a toutefois vu ses lignes de crédit être temporairement gelées par plusieurs banques pendant le temps de l'enquête, a dit la source.

Des courtiers en métaux ont dit à Reuters que nombre de banques internationales impliquées dans le financement du secteur, dont l'australienne ANZ, la française Natixis ou encore la néerlandaise Rabobank, avaient temporairement gelé des lignes des crédit avant de revenir à la normale.

Natixis s'est refusé à tout commentaire et Rabobank a dit être au courant d'informations relatives à de fausses factures d'entrepôt circulant au nom d'Access World, ajoutant "évaluer la situation".

Dans son communiqué révélant l'incident, Access World souligne s'être rendu compte de l'existence de "fausses factures d'entrepôt", exhortant les détenteurs de ses factures d'entrepôt à les faire authentifier.

Glencore s'est refusé à tout commentaire.

Melanie Burton, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below