13 février 2017 / 11:06 / dans 8 mois

Echec de discussions sur le plan d'économies chez Volkswagen

Le plan d'économies chez Volkswagen est menacé après l'échec lundi de discussions entre la direction et les syndicats sur sa mise en oeuvre. Le président de ce conseil, Bernd Osterloh, et les autres représentants syndicaux ont suspendu la semaine dernière leur coopération avec la direction sur des questions telles que les heures supplémentaires et l'apprentissage. /Photo prise le 10 janveir 2017/REUTERS/Mark Blinch

BERLIN (Reuters) - Le plan d‘économies chez Volkswagen est menacé après l‘échec lundi de discussions entre la direction et les syndicats sur sa mise en oeuvre, ce qui pourrait mettre en péril le redressement du groupe automobile à la suite du scandale des émissions polluantes de ses véhicules diesel.

Les représentants syndicaux ont suspendu la semaine dernière leur coopération avec la direction sur des questions telles que les heures supplémentaires, les gains de productivité et l‘apprentissage. Ils accusent la direction d‘imposer des réductions de coûts plus drastiques que celles prévues par leur accord conclu en novembre.

Le conseil d‘entreprise de Volkswagen a indiqué lundi que les tensions entre son président, le représentant syndical Bernd Osterloh, et Herbert Diess, le patron de la marque Volkswagen, ne s‘étaient pas apaisées. Les deux hommes ne cessent de s‘affronter sur les moyens de réduire les coûts.

Le conseil d‘entreprise a appelé le président du directoire du groupe, Matthias Müller, à s‘impliquer davantage dans la résolution de ce conflit.

Les syndicats accusent Herbert Diess, qui a bâti sa réputation de chasseur de coûts chez BMW, de vouloir baisser le nombre de contrats à durée déterminée plus rapidement et plus vigoureusement que ce qui a été convenu.

Volkswagen dit ne pas pouvoir conserver un grand nombre d‘intérimaires en raison de la baisse de la demande pour certains modèles comme la Golf ou la Passat.

“Nous nous réjouirions que la direction du groupe s‘attache avec plus de vigueur à la mise en oeuvre du futur pacte et au respect des accords”, écrit un porte-parole du conseil d‘entreprise dans un courriel, ajoutant qu‘Herbert Diess s‘est engagé à faire des propositions d‘ici à la reprise des négociations lundi prochain.

Un porte-parole de la marque VW a confirmé que les discussions avaient été reportées mais il a refusé d‘en dire davantage.

Mais dans une lettre envoyée lundi au personnel et que Reuters a pu consulter, Matthias Müller laisse entendre qu‘il pourrait s‘impliquer davantage.

“Nous, en tant que direction, et moi-même personnellement continuerons de tout faire pour que les conflits soient réglés de manière constructive et que du tort soit épargné à VW”, écrit-il.

L‘action VW a clôturé en hausse de 2,18% à 145,25 euros à la Bourse de Francfort.

Le plan conclu en novembre prévoit des économies annuelles de 3,7 milliards d‘euros d‘ici 2020 et prévoit 30.000 suppressions de postes d‘ici 2025 au sein de la marque VW sans départ forcé.

Les analystes jugent ce plan crucial pour augmenter la rentabilité de la principale division du groupe, inférieure à celle de ses rivaux comme Renault, PSA et Toyota.

Bertrand Boucey et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below