9 février 2017 / 21:16 / il y a 6 mois

Trump propulse Wall Street à de nouveaux records

L'indice Dow Jones a pris 0,59%. Le Standard & Poor's-500 a gagné 0,58% et le Nasdaq Composite a avancé de 0,58%. /Photo d'archives/Paulo Whitaker

NEW YORK (Reuters) - Les trois grands indices de Wall Street ont atteint de nouveaux records jeudi, en séance et en clôture, aidés par Donald Trump qui a promis des annonces rapides sur des baisses d'impôts.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a pris 118,06 points, soit 0,59%, à 20.172,40 après un record "intraday" 20.206,36 points.

Le Standard & Poor's-500, plus large, a gagné 13,20 points ou 0,58% à 2.307,87, après un pic absolu à 2.311,08, et le Nasdaq Composite a avancé de 32,73 points (0,58%) à 5.715,18, inscrivant une clôture record pour la troisième séance consécutive.

Lors d'une rencontre avec des patrons de compagnies aériennes, le président a fait savoir qu'il annoncerait "quelque chose de phénoménal en termes de fiscalité" dans les "deux ou trois prochaines semaines".

Son annonce a surtout profité aux valeurs financières, dont l'indice sectoriel a repris 1,37% après trois séances de baisse, et au compartiment de l'énergie (+0,93%).

Ces deux secteurs ont vocation à profiter de la hausse des taux d'intérêt et de la demande d'énergie que ne manquerait pas de susciter un surcroît de croissance dû à des baisses d'impôts, explique Bruce McCain, stratège chez Key Private Bank à Cleveland

"Compte tenu de ces réactions, il semble bien que ce soient les déclarations (de Trump) sur les impôts qui aient fait la tendance aujourd'hui", dit-il. "Mais attention, quand à arrive à ces niveaux de sentiment de marché, on est plus vulnérable à un retour de bâton".

Après l'emballement de la fin 2016 consécutif à l'élection présidentielle, les investisseurs étaient sur la défensive depuis plusieurs semaines dans l'attente de clarifications de Trump sur ses promesses de campagne.

"S'il y a une chose dont on peut être certain avec Trump, c'est qu'il sera imprévisible", dit Chris Gaffney, chez EverBank. "On peut parler aujourd'hui de séance 'Trump On' où l'on voit certains engagements de campagne prendre forme."

Unique indicateur économique à l'agenda, la statistique hebdomadaire des inscriptions au chômage a aussi soutenu la tendance : les 234.000 nouvelles inscriptions recensées sont bien inférieures aux 250.000 qui étaient attendues et témoignent d'un marché du travail toujours solide.

TWITTER SANCTIONNÉ APRÈS SES RÉSULTATS

Neuf des 11 grands indices sectoriels ont fini en hausse, les deux seules baisses étant pour les valeurs des services aux collectivités (-0,84%), pénalisées par leur profil défensif, et dans une moindre mesure pour les matériaux (-0,04%).

Le groupe de médias Viacom (+4,33%), le producteur de céréales Kellogg (4,01%) et l'assureur Prudential (+3,01%) ont été recherchés après leurs publications de résultats du quatrième trimestre.

Avec quelque 70% des valeurs du S&P-500 qui ont publié leurs comptes à ce stade, les bénéfices des entreprises au quatrième trimestre devraient avoir progressé de 8,5% au total, ce qui serait la meilleure performance depuis le troisième trimestre 2014, selon les données de Thomson Reuters I/B/E/S.

A la baisse, Intel (2,52%) a accusé la plus forte perte du Dow Jones après avoir communiqué des prévisions prudentes lors de sa journée investisseurs. Coca-Cola a de son côté lâché 1,83% après là aussi des prévisions qui ont déçu.

Le grand perdant du jour a été Twitter, qui a chuté de 12,34% à 16,41 dollars après avoir annoncé la plus faible croissance de son chiffre d'affaires trimestriel depuis ses débuts en Bourse en 2013.

Les groupes de transport aérien JetBlue (+3,53%), American Airlines (+2,98%) et Delta Air Lines (+2,56%) ont été entourés alors que leurs dirigeants étaient reçus par Donald Trump.

A l'issue de la réunion, Ed Bastian, le directeur général de Delta, a annoncé que la compagnie prévoyait d'embaucher 25.000 personnes sur les cinq prochaines années.

L'indice S&P 1500 des compagnies aériennes s'est octroyé 2,55%.

Les volumes se sont étoffés avec quelque 6,9 milliards de titres échangés, contre 6,7 milliards la veille et une moyenne de 6,7 milliards également sur les 20 dernières séances.

Les déclarations de Donald Trump ont aussi redonné un coup de fouet au dollar, qui a progressé de plus de 1% face au yen, autour de 113,20, et de 0,35% contre l'euro, à 1,0660.

Le rendement de l'emprunt du Trésor à 10 ans, qui était tombé la veille à un plus bas de trois semaines de 2,325%, est monté en séance jusqu'à jusqu'à 2,3948% avant de finir à 2,40%.

Les cours du pétrole ont fini en hausse sur le Nymex, le brut léger américain gagnant 1,26% à 53,00 dollars le baril et le Brent de mer du Nord 0,93% à 55,63 dollars.

avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below