Rio Tinto affiche sa confiance et gâte ses actionnaires

mercredi 8 février 2017 11h17
 

par James Regan

SYDNEY (Reuters) - Le géant minier Rio Tinto a mis l'accent mercredi sur la rémunération de ses actionnaires à la faveur d'un bénéfice annuel supérieur aux attentes gonflé par sa politique de réduction des coûts et le redressement du marché des matières premières en 2016.

Le deuxième groupe minier au monde a annoncé un dividende annuel plus généreux que prévu, de 1,70 dollar par action, et un programme de rachats d'actions pour 500 millions de dollars (470 millions d'euros). Ces deux mesures portent les retours aux actionnaires à environ 70% du bénéfice courant.

Ces initiatives illustrent aussi un revirement complet de situation pour Rio Tinto, contraint il y a un an de renoncer à son engagement de maintenir ou d'augmenter son dividende chaque année face à l'effondrement des cours des matières premières.

"Cela donne vraiment l'impression que le bon vieux Rio qui roule des mécaniques est de retour", a commenté Peter O'Connor, analyste chez Shaw & Partners. "Cela plante le décor pour les résultats des autres géants miniers qui seront publiés ce mois-ci."

Le titre Rio Tinto coté à Londres gagne 1,34% à 3.481.48 pence vers 11h10 GMT, principal contributeur à la hausse de l'indice sectoriel européen des ressources de base (+1,2%). Il entraîne dans son sillage ceux de ses concurrents comme Glencore (+1,07%) ou Anglo American (+1,42%).

Rio Tinto a annoncé avoir déjà réalisé 1,6 milliard de dollars d'économies sur les 2 milliards prévus en 2016 et 2017.

"Nous commençons 2017 en bonne forme. Notre équipe générera 5 milliards de dollars de trésorerie supplémentaire au cours des cinq prochaines années à partir de notre programme de productivité", a annoncé le directeur général, Jean-Sébastien Jacques, dans un communiqué.

  Suite...

 
Le géant minier Rio Tinto a annoncé mercredi le versement d'un dividende annuel plus généreux que prévu, de 1,70 dollar par action, à la faveur du redressement du marché des matières premières en 2016 et de sa politique de réduction des coûts. /Photo d'archives/REUTERS/Stringer