La Cour des Comptes sceptique sur le déficit 2017

mercredi 8 février 2017 12h01
 

PARIS (Reuters) - La Cour des comptes émet de sérieux doutes sur la capacité de la France à atteindre son objectif d'un déficit public ramené à 2,7% du PIB fin 2017 et souligne son retard dans le rétablissement des finances publiques, qui imposera au prochain exécutif des efforts "d'une ampleur inédite" sur les dépenses.

La prévision pour 2017, qui correspond à un recul du déficit de 0,6 point de PIB par rapport à 2016 "sera très difficile à atteindre, du fait à la fois d'un risque de surestimation des recettes et d'une sous-estimation probable de certaines dépenses", note la Cour dans son rapport annuel publié mercredi.

Au-delà de ce constat, "la situation de nos finances publiques demeure fragile, vulnérable, malgré les progrès constatés", a souligné mercredi le premier président de la Cour des comptes Didier Migaud lors d'une conférence de presse.

"Les efforts pour maîtriser les dépenses devront être poursuivis et intensifiés si notre pays veut préserver sa capacité à faire des choix souverains et à rester crédible dans le concert européen", a-t-il ajouté.

Plusieurs candidats à la présidentielle d'avril-mai ont l'intention de s'affranchir de l'engagement de ramener le déficit sous la limite européenne de 3% du PIB fin 2017, alors que la France s'est déjà vu accorder trois reports par ses partenaires européens.

Pour 2017, la Cour fait état d'une prévision de recettes "optimiste", car fondée sur une prévision de croissance économique jugée "un peu élevée" par le Haut conseil des finances publiques.

Pour cette année, le gouvernement table toujours sur une croissance de 1,5% du PIB, au-delà des prévisions des institutions internationales (de 1,3% à 1,4%) et des attentes des économistes interrogés par Reuters (1,1%).

La Cour relève également que différentes dispositions de la loi de finances pour 2017 - qui fera probablement l'objet d'une loi de finances rectificative après les élections présidentielle et législatives du printemps - vont se traduire par une accélération des encaissements cette année et un report sur 2018 de différentes baisses de prélèvements.

  Suite...

 
La Cour des comptes émet de sérieux doutes sur la capacité de la France à atteindre son objectif d'un déficit public ramené à 2,7% du PIB fin 2017 et souligne son retard dans le rétablissement des finances publiques, qui imposera des efforts "d'une ampleur inédite" sur les dépenses dans les années suivantes. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann