Vinci confiant en 2017, investira 432 millions d'euros dans les autoroutes

mardi 7 février 2017 19h27
 

par Gilles Guillaume et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Vinci s'est montré mardi confiant pour 2017, anticipant une nouvelle hausse de ses résultats et un retour de la croissance du chiffre d'affaires grâce à une reprise des commandes en France et à la diversification de ses activités à l'international.

Le groupe de BTP et de concessions a également chiffré à 432 millions d'euros l'investissement convenu avec l'Etat dans le cadre du deuxième plan de relance autoroutier, financé pour moitié environ par des hausses de péages.

Il a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 38,1 milliards d'euros, en baisse de 1,2%, mais dégagé un bénéfice net, part du groupe, en hausse de 16,2% à 2,38 milliards d'euros hors variations non courante de la fiscalité différée.

Ces résultats sont supérieurs au consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters, qui donnait respectivement un chiffre d'affaires de 37,84 milliards d'euros et un bénéfice net de 2,32 milliards d'euros.

"Malgré les incertitudes de l'économie mondiale, la bonne tenue de nos carnets de commandes, l'amélioration des perspectives de nos marchés et la dynamique de notre modèle concessionnaire-constructeur nous permettent de prévoir pour 2017 une croissance de l'activité dans nos deux métiers des concessions et du contracting, et une progression des résultats du groupe", a déclaré le PDG Xavier Huillard, cité dans un communiqué.

La morosité du secteur des travaux publics en France, notamment dans les travaux routiers en raison des contraintes budgétaires pesant sur les collectivités locales, ainsi que la baisse des investissements des pays producteurs de pétrole, sur fond de baisse des prix du brut, aura pesé sur l'activité en 2016.

AUGMENTATION DE 14% DU DIVIDENDE   Suite...

 
Vinci s'est montré mardi confiant pour 2017, anticipant une nouvelle hausse de ses résultats et un retour de la croissance du chiffre d'affaires grâce à une reprise des commandes en France et à la diversification de ses activités à l'international. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau