Accueil glacial en Bourse des résultats et du plan 2020 de BNP

mardi 7 février 2017 11h00
 

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - La Bourse de Paris a réservé mardi un accueil glacial aux résultats annuels de BNP Paribas et à son plan stratégique 2020, qui promet une hausse annuelle moyenne de 9% du dividende et de 6,5% des profits, grâce à de nouvelles économies et à la digitalisation de ses métiers.

A 10h45, le titre de la banque française reculait de -4,92% à 57,06 euros, accusant ainsi la plus forte baisse de l'indice européen des banques (-0,81%) et de l'indice CAC 40 (-0,03%), entraînant dans son sillage Société générale (-2,73%) et Crédit agricole (-2,09%).

Des analystes financiers interrogés par Reuters avancent plusieurs raisons pour expliquer la déception des investisseurs, notamment des résultats en dessous du consensus, des objectifs de dividende prudents ainsi que la faiblesse de la banque de détail en France et en Italie.

BNP Paribas a plus que doublé son bénéfice au 4e trimestre à 1,44 milliard d'euros, mais il reste inférieur au consensus établi pour Reuters par Inquiry Financial (1,50 milliard).

"La banque de détail, surtout en France, est décevante et le coût du risque est supérieur aux attentes", note un analyste basé à Paris, qui a souhaité conserver l'anonymat.

Au quatrième trimestre, le produit net bancaire de la banque de détail en France a baissé de 3,4% à 1,548 milliard d'euros et ses résultats avant impôts, de 36% à 177 millions d'euros.

"Les taux bas vont continuer à peser", a admis lors d'une conférence de presse le directeur général Jean-Laurent Bonnafé.

Pour atteindre les objectifs de son plan dans un contexte de taux d'intérêt faibles, BNP Paribas prévoit notamment d'adapter "activement" son réseau d'agences bancaires sur ses marchés domestiques en France, en Belgique et en Italie.   Suite...

 
BNP Paribas a annoncé mardi un bénéfice net annuel en hausse de 15% et dévoilé les objectifs de son plan stratégique 2020, qui promet, malgré des taux d'intérêt encore très bas, une hausse continue du dividende et des profits grâce à de nouvelles économies et à la digitalisation de ses métiers. /Photo prise le 6 février 2017/REUTERS/Jacky Naegelen